police-al-khansaa-femme

Sur les territoires contrôlés par l’Etat Islamique, tout est surveillé, scruté, épié. La redoutable brigade féminine Al Khansaa, une unité de femmes djihadistes, fait office de force de police pour contrôler le comportement des femmes, dès qu’elles sortent de leur domicile.

La brigade Al Khansaa a tout pouvoir pour contrôler les femmes qui circulent à pied ou dans un véhicule. Tout pouvoir pour contrôler mais aussi arrêter et punir les femmes qui auraient commis le moindre écart par rapport aux règles de conduite édictées avec sévérité par l’Etat Islamique.

Plusieurs cas sont signalés de femmes qui ont été arrêtées parce qu’elles allaitaient leur bébé. Pour ce “crime” d’impudeur grave aux yeux des islamistes, ces femmes sont condamnées à une séance de torture avec un outil, surnommé “le mordeur”, qui lacère leur poitrine.

Une fois de plus s’exprime ainsi le sadisme à l’état pur de ces barbares djihadistes de l’Etat Islamique.

Cette torture cause bien évidemment des douleurs atroces à ses victimes et laisse des cicatrices permanentes.

Le panneau d'affichage rappelle quelques consignes strictes concernant la tenue des femmes sur le territoire de l'Etat Islamique
Le panneau d’affichage rappelle quelques consignes strictes concernant la tenue des femmes sur le territoire de l’Etat Islamique

Mauvais niqab
Une autre femme a été arrêtée par des membres d’Al Khansaa parce que son niqab “ne répondait pas aux exigences de la charia”. Âgée de 24 ans, elle raconte :

«J’étais sur le marché lorsque la brigade Al-Khansaa m’a arrêtée. Elles m’ont emmenée à la chambre de torture où elles m’ont demandé ce que je préférais : le fouet ou le « mordeur”. Je ne savais pas ce que c’était, mais j’ai cru que ce serait plus doux que le fouet. Elles ont mis cette chose sur ma poitrine. J’ai hurlé de douleur. Puis elles m’ont emmenée à l’hôpital”.

“Elles ont détruit ma féminité. Je n’étais pas la seule femme à la clinique qui avait subi cette torture. Il y avait beaucoup de femmes là-bas dans une situation tragique.”

Correction pour tabagisme
Sami, un homme de 25 ans vivant à Raqqa, a été fouetté parce qu’il fumait. Fumer est interdit par l’Etat Islamique.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires