Des chercheurs britanniques ont passé en revue les différentes méthodes d’euthanasies utilisées, en particulier celles mises en œuvre aux Pays-Bas : ils les ont comparées aux modalités de la peine capitale encore pratiquée dans plusieurs États américains. 

Selon le célèbre British Medical Journal du 21 février, relayant la revue Anesthesia 2019 ref : 14532), l’euthanasie n’est pas une partie de plaisir. Elle se pratique généralement par l’absorption de comprimés : c’est la méthode la plus répandue. En analysant les données disponibles, l’équipe a ainsi pu constater, toutes méthodes confondues, une incidence élevée des vomissements (jusqu’à 10 %), un prolongement du décès jusqu’à 7 jours (4 % des cas) et un réveil de coma (2 %). Par ailleurs, si la perte de conscience intervient dans les 5 minutes suivant l’administration ou la prise du sédatif, le décès prend plus de temps : il arrive dans les 90 minutes dans deux tiers des cas et prend jusqu’à 30 heures dans près d’un tiers des cas. Dans d’autres le condamné sort de son coma et il faut tout recommencer. Charmante soirée ! Sans parler des difficultés à avaler…Le plus grave est que certains « patients » ont mis une semaine à mourir. (Info relayé par le Daily Mail : Mail on line 21/02/2018) Le journal britannique Anesthésia écrit : « Cela laisse craindre que certaines morts ne soient peut-être inhumaines ».

Tuer un humain est toujours inhumain…

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs

3 commentaires

  1. MA Guillermont says:

    Quel malheur … bonjour … tristesse !
    Je pense que lorsque la loi autorise l’euthanasie … les pratiques tombent facilement vers l’inhumanité car les dérives suivent la légalisation !
    La mort est devenu un problème sociétal, avant les gens craignaient moins la mort .
    Maintenant les gens s’en déchargent , ce sont les Pompes Funèbres qui gèrent tout y compris la chambre mortuaire pour le corps !
    La société a peur de la mort , elle n’admet plus non plus la souffrance , … elle a perdu tout repère spirituel devenue incapable d’affronter pour beaucoup l’accompagnement au mourant , … la fin de la vie .
    Il y a dans notre société matérialiste un très grand nombre de gens qui souffrent beaucoup plus de douleurs morales que de souffrance et légiférer pour la pratique de l’euthanasie est très problématique pour cette catégorie non négligeable de la population , ce système de pensée implique la suppression pure et simple de la vie humaine par convenance personnelle !
    Je suis opposée à tout acte consistant à donner la mort volontairement !
    Tout être humain a le droit de mourir dans la dignité , entouré par les siens , et/ou avec une équipe médicale dévouée et spécialisée sans agoniser sous les seringues électriques létales de tueurs à gages professionnels en blouse blanche !

  2. Il faut aussi savoir que “las solution létale” pratiquée en France consiste à endormir le malade;.. et le laisser crever de faim et de soif. Un de mes amis venant voir sa mère bénéficiaire de la “solution létale” l’a trouvée consciente, alors qu’elle était censée être dans le coma. Elle faisait un signe désespérée vers son verre vide. Il a compris qu’elle mourait de soif. Furieux, il est allé voir les infirmières qui lui ont expliqué, gênées”, que la solution létale, c’était cela : Endormir les gens pour qu’is ne ressentent pas qu’on les laisse mourir d’inanition.

    Cela s’appelle de la non assistance des personnes en danger. Mais c’est avec les bébés qu’on a commencé, non ? Certains avortons qui pourraient survivre à l’avortement sont laissés sans soin, jusqu’à ce qu’il meurent, parfois des heures après. Cela, ce sont des infirmières qui me l’ont raconté. Elles ont changé de service, épouvantées…

  3. Jean Pierre Dickès says:

    C’est ce qui est prévu pour Vincent Lambert. Je comprend que sa famille se batte pour lui éviter une fin pareille.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

45 % 19.170 € manquants

15.830 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 26/03/2019

Il nous reste cependant 19.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !