Oyez, oyez, braves Français : si vous croyez que le banquier Macron et son gouvernement de néo-technocrates douteux et néophytes véreux, est le seul à pondre des normes absurdes quant au passe sanitaire, détrompez-vous. En Italie, sous la houlette du banquier Draghi, -et oui la banque est aux commandes dans le Bel Paese aussi-, le Green Pass, comme on l’appelle là-bas, -petite indication qu’il est là pour durer et servir à une urgence climatique qui pointe à nouveau le bout de son nez-, donne lieu à des situations ubuesques, si ce n’est tragiques ! Et vous remarquerez que c’est le même schéma normatif, autre indication que nos pays européens sont soumis à des ordres supranationaux…

Petite compilation des absurdités listées par un quotidien italien :

« Si les pompiers n’ont pas le Green Pass, ils ne peuvent pas prendre l’hélicoptère. Ceux qui ont un besoin urgent d’aide peuvent également mourir, la faute ne reviendra qu’à ceux qui ne se font pas vacciner ou qui ne font pas leur test à temps. En sommes-nous arrivés là ? Oui, apparemment. C’est arrivé dans le Trentin, mais ce n’est pas la seule absurdité de nos jours.

Depuis hier 1er septembre, une série de nouvelles obligations Green Pass a été déclenchée. Le passe sera désormais obligatoire dans les restaurants et bars avec service de table en salle, spectacles, événements sportifs, piscines, gymnases, expositions, musées et autres lieux de culture, une réglementation complexe pour les mariages est introduite, il sera toujours obligatoire pour les enseignants et le personnel scolaire et à l’universitaire pour les enseignants et les étudiants, les avions, les bateaux, les trains, les bus longue distance. Le bon sens est déjà la première victime de cette campagne et les premiers événements tragi-comiques provoqués par ces nouvelles obligations sont là pour le prouver.

Le même règlement cet été a prouvé que prendre un bus bondé ne nécessite pas de Green Pass, alors qu’il est obligatoire pour prendre un train interrégional avec un siège réservé. Où est le plus le risque de contagion ? Dans le bus pour aller au travail (surtout maintenant que tout le monde retourne en masse au travail) ou dans le train où vous êtes déjà espacé ? Vous risquez plus dans un métro bondé (pas de Green Pass) ou dans un avion (Green Pass obligatoire) avec air filtré et espacement ? Dans une église où l’on assiste à un concert, lorsqu’il y a un événement culturel : le Green Pass. Dans la même église, si une messe est célébrée : pas de Passe Vert. Dans un bar, si on consomme au comptoir, il n’y a pas besoin de Green Pass, si l’on s’assoit à table, dans la même pièce, il faut le montrer au barman. Doit-on continuer ? Oui bien sûr : même pour entrer sur une place, en cas d’événement sportif ou culturel, il faut présenter le Passe Vert, mais si l’on passe par la même place, peut-être avec plus de monde aux heures de pointe, il n’est pas nécessaire.  

La nouvelle série d’obligations déclenchée hier a déjà provoqué une nouvelle compétition de zèle dans l’application de la norme, avec un grand mépris du ridicule. L’Université de Trieste a introduit l’obligation d’un Green Pass pour les étudiants et les enseignants également au cours des examens à distance. Vous avez bien lu : à distance. Par conséquent, deux personnes se parlant depuis une webcam, à des kilomètres l’une de l’autre, doivent être en possession du Green Pass, comme s’il y avait un risque de contagion. Le recteur, Roberto di Lenarda, a expliqué sa décision en ces termes : l’obligation de posséder le laissez-passer n’a pas été établie dans le but de « garantir à aucun vacciné de rester chez lui et de passer ses examens à distance ». En ce sens, ajoute Di Lenarda, « l’obligation sert à inciter les élèves à se faire vacciner ». Sincérité bénie, utile pour ceux qui croyaient encore que le Passe Vert était une mesure de sécurité pour protéger notre santé, pas un décret éthique de l’État pour encourager les citoyens à se comporter de manière vertueuse.

Et maintenant nous arrivons au cas des pompiers. Cela se passe à Trente, la nouvelle est donnée par le journal localIl Dolomiti. Nous rapportons textuellement : « Une voiture au fond du lac de Garde et l’alarme pour le risque que quelqu’un soit coincé à l’intérieur de l’habitacle. Il a fallu une heure et demie aux plongeurs du Trentin pour atteindre Campione du côté de Brescia. Un voyage en van à jongler avec la circulation et les virages le long de la route nationale du Gardesan le dernier dimanche d’août. La raison ? Sans un laissez-passer vert, ils n’ont pas pu monter dans l’hélicoptère et voler en 15 minutes environ, déjà en équipement de secours, directement vers la cible. La ponctualité est la clé des opérations de secours mais les délais se sont incroyablement allongés : sans vaccination ni tampon négatif de 48h vous ne décollez pas mais vous conduisez et tout s’allonge. » Heureusement, la voiture était vide et il n’y a eu aucune victime. Toutefois, notez au moins deux choses. La première : sans le Green Pass, vous ne pouvez pas monter à bord d’un hélicoptère, mais vous pouvez voyager en van. Une heure et demie de trajet en van est donc considérée comme moins dangereuse, aux fins de l’infection, qu’un quart d’heure en hélicoptère. Et c’est la moindre des choses. Le vrai problème est le deuxième aspect : vous préférez risquer de tuer une personne en commettant le crime de mort injustifiée, afin de respecter à la lettre le règlement Green Pass. Il ne serait pas poli de recourir à des comparaisons avec des régimes totalitaires sanglants, mais des choses similaires ne se sont produites que dans les États soviétiques.

Et la cerise sur le gâteau, en fait, c’est le commentaire du responsable local : « Cette fois, ça s’est bien passé parce qu’il n’y avait personne à sauver, déclare Raffaele De Col, le directeur général du Département de la protection civile du Trentin à Il Dolomiti. Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a eu un retard dans l’intervention du fait d’opérateurs sans vaccination ni tampon (la rédaction souligne). L’espoir est qu’il serve à ébranler la conscience de ces gens ». La conscience de ceux qui introduisent ces règles, en revanche, est parfaitement en paix. »

Même dictature sanitaire avec ses règles absurdes et tragi-comiques d’un côté de l’autres des Alpes, dictature qui veut s’imposer au monde entier…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

YouTube supprime définitivement la chaine de MPI – Aidez-nous !

Le 6 octobre 2021, Youtube nous a envoyé un email pour nous signifier la fermeture de notre chaine Youtube.

Voici des donc des milliers de vidéos, des centaines d’heures de films qui disparaissent, sans compter la disparition de nos dizaines de milliers d’abonnés que nous avions.

Cette censure intervient également après la fermeture de notre page Facebook et notre déréférencement par Google. Mais ces attaques ne seront pas les dernières.

Nous avons également reçu un email de Google nous indiquant que les recettes publicitaires cesseraient à coompter du mois de décembre pour tout site mettant en doute le changement climatique…

Ils nous faut donc développer d’autres outils, d’autres façons d’atteindre nos lecteurs. Et ce sont des investissements lourds.

Aidez-nous, nous avons besoin de vous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

%d blogueurs aiment cette page :