Le Royaume-Uni lance un signal clair et ferme aux djihadistes parti combattre aux côtés de Daesh : les portes du pays leur sont fermés grâce à la déchéance de leur nationalité britannique.

L’ancienne membre du groupe jihadiste Etat islamique (EI) Shamima Begum a perdu vendredi une première étape en appel contre le gouvernement britannique qui l’avait déchue de sa nationalité pour avoir rejoint l’EI en Syrie.

La Commission spéciale chargée des appels en matière d’immigration (SIAC) a jugé que la décision du gouvernement ne faisait pas de la jeune femme de 20 ans une apatride car elle était bangladaise par ses parents. Shamima Begum « s’est trouvée dans une situation qui résulte de ses propres choix et des actions des autres, mais pas d’une action quelconque du ministre de l’Intérieur », a déclaré le juge Doron Blum, en annonçant la décision.
Son avocat Daniel Furner a déclaré que sa cliente ferait appel.

La jeune femme était partie adolescente en Syrie en 2015 avec deux camarades de classe. Elle s’était mariée à 15 ans avec un partisan de l’EI d’origine néerlandaise, de huit ans son aîné. Après avoir fui avec lui les combats dans l’est du pays, elle s’était retrouvée en février 2019 dans un camp de réfugiés syriens où elle a accouché d’un bébé, décédé quelques semaines après sa naissance. Ses deux précédents enfants, nés lorsqu’elle se trouvait en Syrie, sont morts eux aussi.

Les autorités britanniques l’ont déchue il y a un an de sa nationalité britannique en invoquant des raisons de sécurité, estimant qu’elle était en droit de demander le passeport bangladais. Mais le Bangladesh avait indiqué qu’elle n’avait jamais demandé la nationalité et a refusé de l’accueillir. Lors d’une audience en octobre, l’avocat de Mme Begum, Tom Hickman, avait déclaré que sa cliente n’était « pas considérée comme une ressortissante du Bangladesh » et que la décision de lui retirer sa nationalité britannique l’avait « donc rendue apatride ».

Lors de la prochaine phase judiciaire, le tribunal devra juger si le gouvernement avait des raisons de sécurité nationale légitimes pour l’empêcher de revenir au Royaume-Uni.

Agissez maintenant face aux djihadistes : cliquez pour exiger de votre député qu’il se prononce pour la déchéance de nationalité ! #DirectAN https://t.co/SWDAyYQMCD

— Damoclès (@Damocles_Fr) February 7, 2020

 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :