« L’Autriche, c’est ce qui reste. » C’est par ces mots cinglants que Clémenceau aurait salué en 1919 lors des négociations du traité de Saint-Germain en Laye, la naissance de la petite République d’Autriche prenant la succession de l’immense Empire austro-hongrois. … Ce dur jugement issu des négociations pour le traité de paix révèle le caractère paradoxal de ce petit pays du cœur de l’Europe, qui à travers une dynastie, les Habsbourg, a porté un empire où le soleil ne se couchait jamais et qui se cache en effet aujourd’hui sous les traits d’une placide république… L’Autriche, « ce qui reste » ? mais quels restes…

Synthèse complète loin des clichés, histoire d’un pays “phare” de l’Europe, un sommaire sobre pour des pages passionnées :

  • Aux origines de l’Autriche 996-1493
  • La maison d’Autriche 1493-1815
  • De l’empire d’Autriche à la double monarchie 1815-1918
  • Ce qui reste de l’Autriche
  • Mort et résurrection 1938-années 2000…

Point d’équilibre diplomatique et objet de terribles convoitises, l’Autriche joua un rôle crucial dans le déclenchement des grands conflits du monde contemporain : Première, puis Seconde Guerre mondiale. Elle attire et fascine, grâce à son extraordinaire richesse culturelle et à sa place inégalée dans le monde des arts, de la musique à la littérature. De superbes clichés pour une réalité bien méconnue. L’Autriche, indissociable des Habsbourg n’est pourtant pas née avec eux, qui n’ont à l’origine rien d’autrichien. L’Autriche, elle-même pendant des siècles, reste parfaitement insaisissable car il n’existe pas à proprement parler, d’Etat autrichien, mais un archiduché, un empire qui l’englobe et le dépasse, des couronnes que ses souverains portent mais avec d’autres titres et pour d’autres pays.

Aux portes de l’Allemagne, au coeur de l’Europe centrale, à la croisée des chemins entre la culture germanique, les mondes slave et latin et les influences orientales, l’Autriche est une énigme de plusieurs siècles, presque un millénaire, qui n’en finit pas d’être posée, jusque dans les ultimes rebondissements de sa vie politique au début du XXIème siècle.

L’Autriche a vécu clarté et ténèbres, guerres et paix, grandeur et décadence. Et réussit ce tour de force qui consiste à faire vivre aujourd’hui envers et contre tout le meilleur de son passé tout en regardant vers l’avenir, sans que celui-ci donne l’impression de devoir être le fruit douloureux de ruptures et d’arrachements. C’est peut-être dans cette synthèse qui parait bien inaccessible à nous autres français que réside le secret du bonheur de l’Autriche.

Hélène de Lauzun, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, major de l’agrégation d’histoire, docteur en histoire contemporaine, est spécialiste de l’histoire de l’Autriche. Elle s’intéresse spécifiquement aux relations entre la France et l’Autriche, sujet de sa thèse, et à la culture de l’ancienne Double monarchie. Par ailleurs, elle pratique à un niveau professionnel la valse viennoise, en tant que présidente du Bal des Parisiennes, le bal viennois de Paris.

Une Histoire de l’Autriche, de Hélène de Lauzun, Editions Perrin, 354 pages, 24 €

Plus d’informations et commande sur Livres en Famille

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :