Le professeur Raoult a gagné : son analyse sur l’étude parue dans la prestigieuse revue scientifique The Lancet, qu’il a jugée « foireuse », était la bonne.

Pourtant, dès la sortie de cette étude, sans la moindre prudence, le ministre de la Santé Olivier Veran interdisait l’utilisation de cette molécule contre le nouveau coronavirus et suspendait les essais cliniques destinés à tester son efficacité. L’OMS faisait de même.

Aujourd’hui, revirement de situation : face aux nombreuses critiques de scientifiques renommés mettant en cause la méthodologie de l’étude, y compris de la part de scientifiques sceptiques sur l’intérêt de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, The Lancet a annoncé, jeudi 4 juin, le retrait de l’étude publiée le 22 mai dans ses colonnes, qui suggérait que l’hydroxychloroquine, associée ou non à un antibiotique comme l’azithromycine, augmentait la mortalité et les arythmies cardiaques chez les patients hospitalisés pour Covid-19. Et trois des quatre auteurs de l’étude controversée ont retiré leur signature à cet article en raison de doutes sur les données utilisées.

Quand le bateau coule, les rats quittent le navire : les auteurs de l’étude découvrent, mais un peu tard, que Surgisphere, l’entreprise ayant fourni ces données, n’avait pas fourni l’ensemble des données permettant un examen indépendant et que donc ils « ne peuvent plus se porter garants de la véracité des sources primaires de données ». « Je suis vraiment désolé » a notamment déclaré  le docteur Mandeep R. Mehradu, coordinateur de l’étude en question.

Le seul auteur ne se dissociant pas de l’étude est Sapan Desai, le chirurgien et fondateur de cette société Surgisphere qui était supposé avoir collecté les données médicales de 96 000 patients « dans 671 hôpitaux sur six continents ».

La France et l’OMS se retrouvent encore une fois du mauvais côté du manche. Pour se dédouaner, Olivier Véran a demandé au Lancet d’accéder aux données, a indiqué mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, et l’OMS reprend les essais cliniques.

Le tout est un beau camouflet pour tous les détracteurs du traitement du Covid-19 par l’hydroxychloroquine.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

35 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :