Folie ordinaire du « vivre-ensemble » : en France, les clandestins ont les clés des cathédrales, et certains y mettent le feu, en Italie, ils ont la voie libre pour leurs rixes et leurs rassemblements tandis que les Italiens sans histoire sont soumis à une surveillance militaire orwellienne.

Cela se passe à Vintimille, à la frontière franco-italienne. La situation y est de plus en plus tendue, suite à la récente reprise des flux migratoires vers la France. Ces derniers jours, les bagarres se sont multipliées et de nouveaux camps voient le jour.

Les migrants sont hors de contrôle : « Les bagarres et les camps sont désormais à l’ordre du jour: on risque d’un nouveau far west. Une situation inacceptable tant du point de vue de la santé que du point de vue de la sécurité publique » déplore le maire Gaetano Scullino. Des centaines d’étrangers, notamment africains, ont envahi la falaise du Balzi Rossi, près de la frontière du Ponte San Ludovico et ont ensuite installé des camps le long de l’embouchure de la Roya, dans le cimetière de l’église de la Gianchette et sur la plage, dans le quartier de la gare, dans la caserne de l’ex-gare de marchandises, sous les ponts ferroviaires… partout.

Le maire a appelé à une action immédiate et préventive pour éviter même une éventuelle crise sanitaire.

Comme réponse, les vacanciers sur les plages de Vintimille ont assisté à une scène surréaliste digne d’un film. Ils se sont retrouvés devant les soldats du 32e régiment d’Infanterie de la brigade Taurinense en marche sur le sable, en tenue camouflage, bottes et fusils d’assaut, et l’inévitable masque. Il y a ceux qui ont pensé au pire mais lorsque les militaires se sont rendus dans la partie la plus fréquentée de la plage de Vintimille, la raison de leur présence était claire pour tout le monde : les soldats d’infanterie étaient déployés sur la plage pour faire appliquer les réglementations anti-Covid et éviter les rassemblements. « Essayez d’éviter les rassemblements, si vous êtes ensemble et trop près, utilisez le masque » ont déclaré les hommes formés pour la protection du pays, qui sous le soleil brûlant sont devenus des justiciers de l’ordre public.

« J’ai posé une question urgente au ministre de l’Intérieur Lamorgese pour savoir quelles actions il compte entreprendre pour remédier à la situation, à la limite de la durabilité, de Vintimille, où les migrants sont de nouveau les patrons depuis des semaines », a déclaré Flavio Di Muro de La Ligue. A ce propos, le député n’a pas pu s’empêcher de commenter les images de l’infanterie armée sur la plage:

« Nous assistons au paradoxe de voir nos Alpins envoyés en tenue camouflage et bottes sur les plages de Vintimille, il semblerait pour vérifier si les nageurs et les touristes observent les distances de sécurité ou utilisent le masque. Une absurdité intolérable qui a pour effet de décourager davantage notre tourisme au profit des stations balnéaires de la Côte d’Azur voisine ».

Sonia Viale, de La Ligue elle-aussi, vice-présidente de la région de la Ligurie et conseillère sanitaire, est également intervenue:

« Les images estivales de nos plages associées à la présence de soldats armés et camouflés parmi les familles frappent et laissent interdits. On sait que pendant le confinement l’emploi de l’armée a été demandé mais c’était une situation exceptionnelle. Aujourd’hui et dans ce contexte il apparaît délirant et anormal. »

« A Vintimille, nous avons d’autres problèmes graves, y compris la situation liée à l’immigration, que le Gouvernement, avec la politique actuelle, ne fait qu’aggraver en faisant de la ville frontalière une destination de débarquement. Sur ce point, nous attendons les réponses du Gouvernement, comme je l’ai déjà demandé lors de l’inspection des fonctionnaires du ministère, certainement pas sur l’utilisation des masques par les vacanciers sur les plages. Nos forces de l’ordre et nos soldats méritent le respect de leur professionnalisme et les citoyens d’être libres, et non d’être mis sous contrôle militaire », a conclu Sonia Viale.

« Voir les militaires armés sur la plage de Vintimille n’a ni queue ni tête » s’est exclamé de son côté Matteo Salvini lors de la conférence Covid-19 en Italie, entre information, science et droits au Sénat. 

En revanche les voir s’inquiéter des clandestins, les surveiller, leur faire respecter la légalité, aurait du sens, du bon sens… Malheureusement pour les politiciens bien-pensants qui gouvernent en marchant sur la tête cette surveillance n’a pas de sens. 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :