Un arrêt de la Cour suprême du Guatemala ordonne de suspendre la distribution des manuels « Les droits de l’homme, les droits sexuels et reproductifs pour les enfants et les adolescents », promus et financés par le Fonds des Nations Unies (FNUAP).

Ce manuel a été promu au Guatemala à partir de 2015 par l’ancien médiateur des droits de l’homme, Jorge De Leon Duque.

Le récent arrêt de la Cour a également ordonné au Bureau des droits de l’homme de «s’abstenir de toute activité qui peut conduire à soutenir et à promouvoir l’avortement, à faire la promotion de sa légalisation ou à encourager la transgression de la loi qui protège la vie humaine dès la conception ».

La Cour impose aussi que dans une période de trois mois soit développé le matériel nécessaire “pour contrer les dommages causés par le manuel en question“.

La Cour a également statué que le Procureur « a l’obligation grave et solennelle de défendre la vie dès la conception », obligation que lui impose son serment d’allégeance à la Constitution.

Le décision de la Cour suprême du Guatemala s’étend à ce qui, sous l’étiquette des « droits sexuels et reproductifs », « camoufle la promotion de l’avortement ».

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés