Tout le monde politique et médiatique parle du covid, et pendant ce temps-là le très attendu procès de Ghislaine Maxwell, la complice du pédophile milliardaire Jeffrey Epstein, est quasi-occulté.

Pourtant, cette sordide histoire de pédophilie et esclavage sexuel, implique des tas de politiciens, financiers, puissants de ce monde, donneurs de leçons de morale, tenants de la bonne conscience morale universelle, de Jack Lang à Bill Clinton en passant par Bill Gates, sur fond d’espionnage en faveur d’Israël.

Quelques lignes d’analyse d’un article italien qui retrace, fort à propos, la farce de ce procès :

« Comme on pouvait s’y attendre, le procès de Ghislaine Maxwell, la compagne de Jeffrey Epstein, le milliardaire pédophile aux mille relations, était une farce. Bien que la fille du magnat Robert ait finalement été condamnée, elle n’a fait aucune lumière sur le ‘système Epstein’.

Quand Epstein a été arrêté, le monde a appris le vaste réseau de relations du milliardaire, qui, déjà reconnu coupable de pédophilie en 2005, avait continué à s’associer avec les hommes les plus puissants du monde, de Bill Gates à Bill Clinton en passant par les plus puissants.

Bref, beaucoup de ceux sur la liste des puissants qui se sont enrichis pendant la pandémie, ainsi que des personnalités influentes d’Hollywood et des médias grand public. Ils se réunissaient en masse dans ses luxueuses villas, à Manhattan ou au Nouveau-Mexique, où il organisait des soirées galantes. Mais ils se sont également entendus avec lui pour des rendez-vous plus privés sur son île privée, Saint James, surnommée l’île des pédophiles par les locaux.

Le procès Maxwell aurait pu, en théorie, tenter de comprendre la dynamique de ces fêtes, les raisons pour lesquelles tant de personnes fréquentaient Saint James, agrémenté d’un temple de quelque religion occulte qui n’avait certainement pas été érigé pour un usage personnel uniquement… Mais évidemment ça ne s’est pas passé comme ça

Le procès ne concernait que Maxwell et ses méfaits dans le sillage de son partenaire, peu importait qu’elle propose autre chose à ses amis de haut rang. Ce n’était pas possible, puisque le monde pouvait s’effondrer.

Pour éviter cela, même les magistrats ont évité d’élargir l’affaire, se concentrant simplement sur la culpabilité ou non de Maxwell.

Cette dernière, d’ailleurs, a reçu un traitement favorable dès le début. Bien que son rôle dans les affaires de son compagnon ait été manifeste, elle a pu quitter l’Amérique sans être dérangé.

Arrivée en Grande-Bretagne, elle a fait savoir qu’elle avait beaucoup de documentation, appelant ainsi le monde qu’Epstein avait fréquenté à la défendre, pour ensuite se rendre à la justice américaine quelques mois seulement après l’arrestation et la disparition de son compagnon.

Pour s’assurer que le procès se déroule sans perturber les puissants, Maurene Comey, fille de James, le puissant directeur du FBI qui, grâce à son rôle, avait noué des relations avec les mêmes sphères qu’Epstein fréquentait, a été choisie parmi les procureurs.

De plus, pour éviter les accidents en cours de route, le procès s’est déroulé sous une forme plus que confidentielle : bien que les journalistes puissent le regarder de loin, il était interdit de prendre des photos et d’enregistrer ce qui s’y passait, à la fois sous forme audio et vidéo.

Alors en lisant les articles sur la procédure (peu en vérité, qui sont écrits avec prudence sur les crimes de certains puissants), on avait l’impression de faire défiler quelque chose qui s’était passé il y a des décennies, les journaux étant obligés de recourir à des dessinateurs pour illustrer ce qui se passait dans le secret de la salle d’audience.

Et toutes les informations, fidèlement établies, portaient sur les crimes de Maxwell et du prince Andrew, certes qui n’est pas un bouc émissaire, mais n’est pas non plus le seul à profiter des avantages accordés à plusieurs par le fabricant de jouets Epstein.

Bref, tout s’est déroulé selon le scénario, ainsi que la sentence, qui ne pouvait manquer d’arriver et qui, de surcroît, pouvait être renversée en raison de vices de forme.

Mais même si cela n’arrive pas, Maxwell a de nombreuses flèches à son arc, pouvant faire chanter, à tort ou à raison (distinction importante), beaucoup de monde, comme elle l’a démontré après sa condamnation, lorsqu’elle a déclaré qu’elle était prête à nommer huit noms, huit des illustres compagnons de jeu de son mari.

Au-delà des mystères du présent, même les derniers jours du compagnon restent mystérieux. Arrêté le 7 juillet 2019, Epstein est transféré à la prison de Manhattan, où il est optimiste et de ‘bonne humeur’.

Son compagnon de cellule est Nicholas Tartaglione, un ancien policier accusé de quatre meurtres, qui est un prisonnier entreprenant, à tel point que quelques jours avant d’être transféré dans la cellule du pédophile, ils le découvrent avec un téléphone portable, avec lequel il communiquait évidemment avec le monde extérieur.

Puis un jour, Epstein est retrouvé inconscient. Tentative de suicide, selon les médecins de la prison, qui le transfert dans la section ad hoc, où il est surveillé toutes les demi-heures. Un régime qui change inexplicablement quelques jours après sa mort, même s’il reste sous haute surveillance.

Les gardiens censés surveiller le pédophile sont en réalité un peu distraits, voire ils ne surveillent pas du tout, à tel point qu’après sa disparition il s’avère qu’ils ont falsifié les registres qui auraient dû documenter leur surveillance.

Un péché véniel, malgré que leur distraction ait été fatale, à tel point qu’ils négocient une sanction dérisoire.

On ne sait rien de la nuit fatale, celle entre le 9 et le 10 août, où Epstein disparaît, car la vidéo de la caméra de la cellule disparaît, pas plus qu’il n’est possible de retrouver les enregistrements des caméras placées dans les couloirs à cause d’un dysfonctionnement.

Le rapport médical établira qu’Epstein s’est suicidé en prison. Mais les détenus ne sont pas du tout convaincus de la version officielle. En effet, son premier compagnon de cellule, Tartaglione, semble tenir des propos qui ne satisfont pas les gardiens de prison et rapporte également qu’il a été menacé par eux pour les doutes exprimés.

Qu’à cela ne tienne, ils trouvent immédiatement l’aide d’un avocat d’exception pour défendre leur dossier pénal : Bobbi Sherman, que Maxwell inclura plus tard dans son équipe juridique.

L’histoire est close, ainsi que la prison où elle a été consommée, qui fermera en août 2021, exactement un an après la mort d’Epstein, rendant ainsi impossible d’éventuelles autres expertises. »

Le couvercle se referme sur le chaudron infernal… mais la cocotte peut exploser un jour ou l’autre…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :