Comme il l’avait fait en 2016 pour rejeter les quotas de migrants décidés par l’Union européenne, Viktor Orbán n’a pas peur de la confrontation avec Bruxelles et appelle le peuple hongrois à se prononcer. Cette fois, l’affrontement avec l’UE concerne la loi pour la « protection des mineurs » et réprimant la pédophilie qui réglemente l’information sur la communauté Lgbtqi+ (lesbienne, gay, bisexuelle, trans, intersexe, queer, asexuelle, etc.). Le Premier ministre Orbán annonce un référendum sur la question : « Quand la pression contre notre patrie est si forte, seule la volonté commune du peuple peut défendre la Hongrie. »

Entrée en vigueur le 8 juillet, la loi interdit de montrer ou de promouvoir, à l’école et dans les médias, des contenus qui représentent « des écarts par rapport à l’identité correspondant au sexe assigné à la naissance » si les destinataires sont mineurs. La mesure, jugée discriminatoire par l’UE, a été qualifiée de « honteuse » par la présidente de la Commission européenne Ursula von Der Leyen à tel point que Bruxelles a ouvert une procédure d’infraction contre la Hongrie, a reporté l’approbation du Fonds de relance (7, 2 milliards d’euros) à destination de Budapest et envisage l’introduction de sanctions après que le Parlement européen a voté une résolution exhortant l’Union à engager une action en justice contre le pays.

Gouverné par la majorité absolue du Fidesz, le parti nationaliste et conservateur, la Hongrie souveraine fait peur à l’Europe mais n’entend pas reculer. Et choisi de s’en remettre à un référendum, faisant confiance aux Hongrois pour voter en faveur de cette loi.

Le référendum est composé de cinq questions.

1ère : « Soutenez-vous que les mineurs devraient suivre des cours sur le thème de l’orientation sexuelle sans le consentement des parents ? »

2e : « Soutenez-vous la promotion des traitements de changement de genre chez les mineurs ? »

3e : « Soutenez-vous que la chirurgie de changement de sexe devrait être disponible pour les mineurs ? »

4e : «Soutenez-vous que le contenu médiatique qui influence le développement sexuel devrait être présenté aux mineurs sans restrictions ? »

5e et dernière : « Faites-vous valoir que les contenus multimédias décrivant le changement de genre devrait être montré aux mineurs ? ».

L’invitation du Premier ministre est de toujours voter « Non ».

« C’est une initiative pour détourner l’attention des troubles du gouvernement hongrois », attaque l’opposition en citant le scandale Pegasus : des milliers d’hommes politiques, d’opposants et de journalistes également espionnés sur lequel l’UE a également lancé une enquête pour espionnage. L’appel de la minorité de gauche est de boycotter le référendum, qui veut « dresser les Hongrois les uns contre les autres » et utilise des mineurs à des « fins de propagande vile ». Mais quand il s’agit de dresser vaccinés contre non-vaccinés, cette conscience morale bien-pensante et arc-en-ciel universelle n’a rien à redire…

En 2016, bien que le référendum n’ait pas atteint le quorum requis (seuls 43,2 % des votants), il avait quand même donné un signal politique fort. 98% des Hongrois qui s’étaient rendus aux urnes avaient en effet dit « Non », nous ne voulons pas que l’UE « impose des quotas sur les allocations de migrants à chaque pays membre, sans consulter le gouvernement et le parlement national et souverain hongrois ».

Le nouveau référendum pourrait donner le même signal fort à l’Union Européenne avec une large majorité de votants pour le maintien de la loi pour la protection des mineurs et réprimant la pédophilie.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :