L’association Promouvoir fondée par Maître André Bonnet a obtenu une belle victoire. Le visa d’exploitation du film de propagande LGBT La Vie d’Adèle a été annulé par la justice administrative en raison des « scènes de sexe réalistes » du film, « de nature à heurter la sensibilité du jeune public ».

La cour administrative d’appel de Paris a demandé à Fleur Pellerin, ministre de la culture, de « procéder au réexamen de la demande de visa » du film dans un « délai de deux mois ». L’autorisation administrative est délivrée par la commission de classification, et est nécessaire pour permettre sa diffusion dans les salles de cinéma.

La cour a estimé que La Vie d’Adèle , film qui raconte une relation lesbienne, comporte « plusieurs scènes de sexe présentées de façon réaliste, en gros plan » qui sont « de nature à heurter la sensibilité du jeune public ». C’est déjà grâce à l’association Promouvoir que le film scandaleux Baise-moi de Virginie Despentes a perdu son visa d’exploitation, a été classé X et a été rapidement retiré des salles de cinéma. C’est aussi grâce à André Bonnet que le film Love de Gaspar Noé, comportant de nombreuses scènes pornographiques, a été interdit aux moins de 18 ans.

André Bonnet était intervenu à la tribune de la Manif pour Tous sous le pseudonyme de Patrice André car il était à l’époque président de la VIème chambre du tribunal administratif de Marseille.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :