François et Jeannine, deux collaborateurs compassionnels des LGBT…

Le 10 décembre de l’année dernière, Bergoglio, l’occupant actuel du Siège Pontifical, a adressé une lettre à la religieuse moderniste Jeannine Gramick, lobbyiste notoire depuis le début des années 70 en faveur des homosexuels au sein de l’église conciliaire, afin de la féliciter des 50 ans de son incompatible – avec le Magistère de l’Eglise –  « ministère » auprès des LGBT.

En réponse à une lettre que Jeannine Gramick lui avait adressée précédemment, l’Argentin a remercié cette dernière de lui avoir rappelé le « style (sic) de Dieu » qui pourrait se résumer, selon lui, en trois mots « proximité, compassion, tendresse ». Triptyque répété 4 fois dans une courte lettre.

« Tu n’as pas eu peur de la « proximité » [avec les invertis], et en devenant proche [d’eux] tu l’as fait « en souffrant avec eux » (compassion) et sans condamner personne, mais avec la tendresse d’une sœur et d’une mère ». (Extrait de la lettre)

On devrait rappeler brièvement ici qui est Jeannine Gramick : née en 1942 à Philadelphie, cette Américaine d’origine polonaise fit des études en mathématiques dans les années 60 avant de rejoindre l’église conciliaire et de s’engager en faveur des homosexuels chrétiens et catholiques. Depuis le début des années 70 « sœur » Jeannine s’adonna à un travail de lobbying frénétique afin de sensibiliser le plus possible les structures modernistes au sujet des homosexuels et de leur « souffrance ». Elle fut, entre autres, cofondatrice des groupes lobbyistes homosexualistes modernistes Dignity USA en 1973 et New Ways Ministry en 1977 ainsi que de la Conference for Catholic Lesbians. Parmi ses écrits figurent des titres comme: « Homosexuality and the Catholic Church, » « Homosexuality in the Priesthood and Religious Life, » « The Vatican and Homosexuality, », « Voices of Hope: A Collection of Positive Catholic Writings on Lesbian/Gay Issues. »

Cette approbation de « l’abomination » (1) sous couvert de compassion ainsi que l’emploi abusif et décomplexé du vocabulaire woke de la part de Bergoglio sont de nouveaux signes éclatants de la dégénérescence de l’église moderniste ! Dans cet écrit court mais très révélateur de l’état d’esprit de l’occupant actuel de Rome, une sinistre triade (proximité, compassion, tendresse) semble avoir remplacé la Loi divine et l’enseignement théologique et moral de l’Église. Il n’y a aucun doute que « l’église hérétique ultra-progressiste », selon l’expression de Mgr Carlo Maria Viganò, se veut avant tout ouverte et éveillée aux tendances les plus néfastes du monde.

Les Catholiques voulant garder la foi du Christ et rester fidèles à Sa Sainte Église doivent mesurer la gravité mortelle des dérives des modernistes et rejoindre la Tradition.

« C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. » 1er Rom 1 :25-26

(1) « L’homme qui couchera avec un mâle à coucherie de femme, ils font une abomination. » [Lévitique XX,13]

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :