cardinal tong hon

Depuis quelques jours, le cardinal John Tong Hon, évêque de Hong Kong, et l’Eglise catholique, sont accusés de “discrimination” par des groupes LGBT et certains représentants de gouvernements occidentaux. Le crime du prélat ? Défendre l’institution du mariage composé d’un homme et d’une femme et mettre en garde les fidèles sur la question des unions homosexuelles assimilées à la famille traditionnelle.

L’affrontement le plus fort a eu lieu ce week-end, quand près de 10.000 personnes de “Pink movement” (le “mouvement rose») et d’autres associations similaires, ont organisé une Gay Pride dans la ville, demandant au gouvernement de Hong Kong d’éliminer toute «discrimination» contre leur orientation sexuelle et de reconnaître le mariage homosexuel.

À la Gay Pride de Hong Kong – sa 7ème édition – assistaient les consuls de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, des Etats-Unis, de Suède, d’Irlande, du Canada, de Suisse, d’Australie, de Finlande, ainsi que des représentants de l’Union européenne et du British Council.

Le nouvel ordre sexuel mondial veut imposer partout la banalisation de l’homosexualité et la dénaturation du mariage et de la famille. Pour se faire, la stratégie consiste à neutraliser toute résistance catholique en brandissant l’épouvantail de la “discrimination”. York Chow Yat-Ngok, chargé par la Commission pour l’égalité des chances dans le territoire, a déclaré que les religions « ne doivent pas discriminer les personnes”. Le mot «discrimination» a également été prononcé par Caroline Wilson, consul général britannique. Le “Pink movement” a raillé les mises en garde du Cardinal Tong (émises dans son communiqué du 5 novembre), selon lequel les mariages homosexuels conduisent à un «désordre» dans la société.

Dans ce communiqué, le cardinal demandait à tous les catholiques d’être le «sel de la terre” et la “lumière du monde” dans la société, en présentant les valeurs de la famille composée d’un homme et une femme, en étant vigilants à l’égard des projets de groupes qui, au nom des «droits» et  de «l’élimination de la discrimination» contre les homosexuels veulent faire entrer dans la législation de Hong Kong l’égalité absolue entre le mariage traditionnel et le mariage homosexuel, y compris avec l’adoption d’enfants.

Le cardinal a rappelé que certains groupes qui se disent “chrétiens” ont introduits dans une université de Hong Kong des séminaires sur «les techniques pour faire l’amour», qui comprennent à des démonstrations sur l’utilisation de jouets sexuels et de massages sexuels, effectuées par des «travailleurs du sexe». Dans son message, l’évêque de Hong Kong demande aux catholiques, lors des élections des conseillers de district, de choisir les candidats qui prennent position contre les revendications du lobby homosexuel.

Le lobby LGBT tend à opposer les déclarations du cardinal Tong aux positions du pape François et du Synode des Évêques, qui demandent que les homosexuels ne soient pas victimes de discrimination, affirmant ainsi que le pape est beaucoup plus “ouvert”. Encore un effet collatéral de ce pitoyable synode voulu par le pape François.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :