Les enlèvements massifs par des groupes armés bien organisés sont de plus en plus fréquents au Nigeria. Les criminels sont généralement des bergers peuls et des djihadistes et les victimes sont pour la plupart des chrétiens.

Le 7 janvier, des hommes armés ont attaqué la gare ferroviaire de Tom Ikimi à Igueben, dans la zone du gouvernement local d’Igueben de l’État d’Edo, dans le sud du pays, enlevant au moins 31 passagers qui attendaient d’embarquer. Le commandement de la police de l’État d’Edo a déclaré que les ravisseurs étaient des bergers armés de fusils AK-47. Le gouvernement de l’État d’Edo a révélé plus tard que 6 des 31 personnes enlevées avaient été secourues par une équipe conjointe d’agences de sécurité. Les bandits se sont réfugiés dans la forêt, désormais traquée par les équipes de sécurité.

Des bandits, des groupes armés d’éleveurs peuls et des djihadistes utilisent les forêts de différentes régions du Nigéria comme bastions à partir desquels effectuer des raids et comme refuges pour retenir des otages qui sont libérés contre rançon. Parmi ceux qui sont toujours détenus figurent au moins 53 fidèles chrétiens qui ont été enlevés à Noël dans le village d’Angwan Aku, dans l’État septentrional de Kaduna. Le village a été attaqué par des bergers peuls qui ont tué une personne et enlevé au moins 53 personnes.

Les milices peuls ont plusieurs bastions dans les forêts comme Birnin Gwari dans l’État de Kaduna, où le 17 décembre, les forces spéciales de l’armée nigériane ont libéré sept travailleurs chinois qui avaient été enlevés en juin à l’exploitation minière d’Ajata-Aboki dans le district de Gurmana de la localité. gouvernement de Shiroro, dans l’État du Niger.

Il y a aussi le bastion important de la milice Fulani, situé dans les forêts de Tubali et Makkai dans la zone de gouvernement local de Shinkafi de l’État de Zamfara, dans le nord-ouest du Nigéria. C’est ici, en 2021, que le controversé cheikh Ahmad Gumi, un ancien médecin de l’armée, a rencontré des chefs de milice peul et leur a demandé de déposer les armes en échange de projets de développement. Gumi a proposé de servir de médiateur pour la libération de plusieurs otages, mais, selon la presse nigériane, son rôle dans ces affaires est ambigu. L’un de ses assistants, Tukur Mamu, qui a négocié la libération des personnes enlevées lors de l’attentat du train Abuja-Kaduna le 28 mars, a été arrêté le 6 septembre, soupçonné de collusion avec les ravisseurs. Les accusations ont été abandonnées par la suite.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :