Le protocole multi-séculaire de l’Église catholique imposait aux fidèles en présence du pape, de baiser sa main en signe de respect et de soumission au Vicaire du Christ, assorti d’une génuflexion ou tout au moins d’une inclinaison de la tête.

Une tradition dont l’actuel hôte du Vatican s’est débarrassé, comme bien d’autres d’ailleurs, et cela en suivant le chemin sinueux ouvert par le révolutionnaire concile Vatican II. Le pape François a donc préféré remplacer ce code protocolaire qui s’adressait non à sa petite personne mais à sa haute fonction par des modes plus modernes et personnelles : selfies, embrassades, accolades, rythment ses rencontres avec les fidèles… quand ce n’est pas lui qui s’abaisse à baiser la main d’hérétiques, d’infidèles ou de militants lgbt.

Dans la Rome conciliaire, moderniste et bergoglienne, le baise-main se fait à l’envers !

Le pape François baise la main du prêtre militant Lgbt Don Michele De Paolis

Le pape François et des représentants de la communauté juive

 

Le pape François et le patriarche orthodoxe Bartolomé Ier

Le pape François  et une fausse victime de pédophilie

Le pape François et la reine Rania de Jordanie

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :