sportif-trans

La décision du Comité international olympique (CIO) de recommander à toutes les fédérations sportives d’accepter des athlètes transgenres à l’unique condition que leur niveau de testostérone soit adéquat, suscite la controverse au sein de la communauté sportive et  des physiologistes.

Ainsi, les athlètes travestis qui veulent participer aux compétitions féminines doivent simplement suivre des traitements qui freineront la production d’œstrogènes de testostérone, hormone de la masculinité, pour atteindre un niveau inférieur à 10 nanogrammes par millilitre de sang.

Dans le cas des femmes qui veulent participer aux compétitions sportives masculines, on leur permettra d’être traitées avec des œstrogènes endogènes, même si la testostérone synthétique, substance anabolisante est interdite par le Code mondial d’antidopage.

Le contrôle antidopage pourrait s’avérer très difficile en ce qui concerne les sportifs transgenres.

Mais la promotion du nouvel ordre sexuel mondial est à ce prix…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La clef des écritures


Voici une oeuvre qui mérite de vous être proposée.

Pour comprendre les Saintes Écritures, il faut dépasser l’intelligence de la lettre et en saisir l’esprit. « L’Écriture sainte, dit saint Grégoire le Grand, par la manière même dont elle s’exprime, dépasse toutes les sciences ; car, dans un seul et même discours, tout en racontant un fait, elle livre un mystère. »

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :