Le Crédit Suisse et la Deutsche Bank ont ​​été condamnés à une pénalité de plus de 12 milliards de dollars – une broutille – pour avoir vendu des emprunts toxiques aux États-Unis. Elles vont payer, bien sûr, comme l’ont déjà fait leurs consœurs américaines, puisque le système n’est pas remis en cause.

Barack Obama a joué son rôle de président de la « plus grande démocratie au monde ». Il a tapé du poing sur la table, disant qu’il voulait poursuivre les banques qui avaient vendu de la dette « subprime », provoquant, en 2008, la pire crise économique que l’on ait connu depuis la Grande Dépression de 1929. Les familles qui ont été expulsées de leurs foyers et sont allé rejoindre la file des soupes populaires ont du trouver ça « correct ». Les vilaines banques ont donc été « condamnées ». Mais comme la plupart d’entre elles étaient renflouées, dans le même temps, par l’argent des contribuables, cela restait une bonne opération. On a joué le jeu en arborant des mines contrites devant les caméras. Ensuite, après négociation entre gens raisonnables, on a payé des sommes raisonnables.

Le Crédit Suisse vient, tout aussi tranquillement, d’accepter de payer plus de 5,2 milliards de dollars dans un accord semblable avec les autorités américaines. Cette pénalité va lui faire subir une deuxième année de perte en 2017, mais qu’importe. Il paiera d’abord 2,48 milliards de dollars et plus tard, 2,8 milliards de dollars sur cinq ans pour « compenser l’impact » sur ses clients. Le Crédit Suisse est, par ailleurs, toujours confronté à des poursuites intentées par les états de New-York et du New Jersey pour avoir écoulé ses titres hypothécaires toxiques. Mais, dans ce milieu, tout reste feutré. La banque a été prise la main dans le sac, elle négociera un accord, là encore, raisonnable.

La Deutsche Bank a également docilement accepté un règlement total de 7,2 milliards de dollars pour la vente de ses titres hypothécaires toxiques. Le règlement sera également divisé en deux-temps. La banque allemande a habilement négocié : le ministère de la Justice des États-Unis avait initialement demandé plus de 14 milliards. Les investisseurs sont contents. Du coup, pour fêter ça, les actions de DB viennent de gagner plus de deux pour-cent.

Ces sanctions de l’administration américaine arrivent maintenant pour défavoriser les banques européennes face à leurs rivales américaines, plus puissantes, qui ont déjà absorbé leurs amendes de 46 milliards de dollars, une pacotille. C’est normal, c’est l’Amérique qui mène le jeu et c’est le prix à payer pour participer aux juteuses magouilles de Wall Street.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !

%d blogueurs aiment cette page :