Anne-Albe-Cornélie de Beaurepaire (1789-1862), comtesse d’Hautefeuille, est une femme de lettres qui a notamment écrit différents romans chrétiens. En 1855, elle publie un roman historique consacré à Jacques Cathelineau (1759-1793), le héros contre-révolutionnaire. Elle dédie ce livre à son frère, soulignant qu’il lui a été presqu’entièrement inspiré par des souvenirs de leur enfance, et des beaux récits de la Vendée que leur faisait leur père. Elle souhaite ainsi faire apprécier la vérité de ces caractères héroïques et chrétiens qui ont marqué de leur sang l’histoire de la Vendée militaire.

Si donc ce livre – aujourd’hui réédité par Ars Magna – est écrit sous la forme romanesque, il s’appuie non seulement sur des faits réels mais aussi sur la transmission orale à partir de contemporains des évènements relatés. Mieux encore, il transpire l’idéal chrétien à la source de l’engagement et du sacrifice de Jacques Cathelineau, surnommé le saint de l’Anjou. Cet ouvrage accorde aussi une attention aux autres membres de la famille Cathelineau. Car l’insurrection vendéenne fut celle de tout un peuple et l’engagement dans cette lutte des hommes vendéens entraînait celui de leur famille toute entière.

Ce livre permet de bien mesurer à quel point la Foi fut l’enjeu central de cette insurrection. Bien plus que les autres raisons politiques et sociales, c’est la persécution des prêtres et la tentative par la république d’imposer un clergé frelaté qui suscita la révolte armée de Cathelineau et de ses compagnons.

C’est cette belle épopée qui est retracée dans cet ouvrage accessible à tout public.

Les Cathelineau, Anne-Albe-Cornélie de Beaurepaire, éditions Ars Magna, collection Le Lys rouge, 309 pages, 30 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Au XXe siècle le clergé frelaté nous a été imposé par le concile Vatican II. Si le peuple avait su , il aurait sorti les fourches.