C’est un petit scandale qui frappe la communauté scientifique. L’historien Nir Shafir, spécialiste de l’Empire Ottoman et enseignant à l’Université de Californie à San Diego, a publié le 11 septembre sur le site internet Aeon un long article sur une affaire de fausses enluminures chargées « d’embellir » l’histoire scientifique de l’Islam, le tout avec la bénédiction des autorités turques.

Ces forgeries se trouvent notamment dans les bibliothèques et les livres d’histoire les plus réputés. L’auteur a découvert le pot aux roses sur la couverture d’un livre, la traduction d’une encyclopédie arabe médiévale. L’illustration montrait des érudits en turbans et en costumes médiévaux du Moyen Orient, examinant le ciel étoilé à l’aide de télescopes. L’enluminure était censée venir du Moyen-Orient prémoderne, mais quelque chose n’allait pas : couleurs un peu trop vives et des coups de pinceau un peu trop propres, et de plus la présence de télescopes, certes connus au Moyen-Orient après que Galilée l’eut mis au point au XVIIe siècle, mais presque aucune illustration ou enluminure n’a jamais représenté un tel objet. La contradiction la plus frappante, cependant, était la plume d’oie dans la main du quatrième personnage. Les érudits du Moyen-Orient avaient toujours utilisé des roseaux pour écrire. Il n’y avait plus aucun doute : l’illustration de la couverture était un faux du XXIe siècle, se faisant passer pour une illustration médiévale du XVIIe siècle.

Ce n’est évidemment pas un cas isolé : ces images contemporaines ne sont en fait pas des « reproductions », mais des « productions », voire des faux, faites pour séduire un public contemporain en prétendant représenter la science d’un passé islamique lointain, allant jusqu’à contaminer les affiches de conférence, des sites Web éducatifs et les collections de musées et de bibliothèques. Il existe aujourd’hui des musées entiers remplis d’objets réimaginés, façonnés au cours des 20 dernières années mais destinés à représenter les vénérables traditions scientifiques du monde islamique, produit d’un désir se voulant bien intentionné : celui d’intégrer les musulmans dans une communauté politique mondiale par le récit universel de la science. Selon Nir Shafir :

« Ce souhait semble d’autant plus pressant face à la montée de l’islamophobie. Mais que se passe-t-il lorsque nous commençons à fabriquer des objets pour les contes que nous voulons raconter ? Pourquoi rejetons-nous les véritables vestiges matériels du passé islamique pour leurs homologues confinés ? Quelle est exactement la légitimité de la science dans l’Islam que nous espérons trouver ? Ces faux révèlent une préférence pour la fiction plutôt que pour la vérité. Ils soulignent un problème plus vaste concernant les attentes que les chercheurs et le public placent sur le passé islamique et son héritage scientifique ».

Les cas cités par ce dernier sont multiples :

– Une image populaire montrant des démons ressemblant à des vers se glissant dans une molaire et prétendant illustrer la conception ottomane des cavités dentaires, dont une interprétation est maintenant entrée dans la bibliothèque Bodleian d’Oxford dans le cadre de sa collection sur «Les chefs-d’œuvre du livre non occidental».

– Une autre montre un médecin traitant un homme avec ce qui semble être la variole.

– Une fausse miniature décrivant la préparation de médicaments pour le traitement d’un patient souffrant de variole, prétendument du Canon of Medicine d’Avicenne (980-1037) dans la bibliothèque de l’université d’Istanbul.

Les cas les plus difficiles à détecter dont celles fabriquées à partir de pages de vieux manuscrits et de livres imprimés sur lesquelles les faussaires peignent le texte pour donner le placage de vieux papiers et papiers, pouvant même apposer de faux sceaux de propriété sur l’image. Avec ces ajouts, les miniatures deviennent rapidement difficiles à identifier comme frauduleuses une fois qu’elles ont quitté le marché et se sont rendues sur Internet. Les services de stock photo, en particulier, jouent un rôle clé dans la diffusion de ces images, en les rendant facilement utilisables dans des présentations et des articles dans des blogs et des magazines. De là, les images se déplacent vers les principales plateformes : Instagram, Facebook, Pinterest, Google. Dans cet environnement numérique, même les experts du monde islamique peuvent confondre ces images avec des images authentiques et antiques.

Le faussaire transforme un érudit élevant un sextant à son œil en un homme utilisant un télescope

Internet lui-même est devenu une source d’inspiration fantastique pour les faussaires. Le dessin censé représenter la vue ottomane des cavités dentaires, par exemple, est apparu après une image similaire d’un ivoire français du XVIIIe siècle apparue sur Internet. D’autres faussaires copient simplement des miniatures connues, telles que l’illustration de l’observatoire éphémère d’Istanbul du XVIe siècle, dans lequel des hommes avec turban prennent des mesures avec divers instruments sur une table. Cette miniature – située de manière fiable dans la bibliothèque de livres rares de l’Université d’Istanbul – figure dans une chronique perse louant le sultan Murad III, qui a construit l’observatoire construit en 1574 et l’a ensuite fait démolir quelques années plus tard.

Certains musées se sont même fait une spécialité dans le faux : le Musée d’histoire des sciences et des technologies de l’islam (Islam Bilim ve Teknoloji Tarihi Müzesi) à Istamboul est ainsi entièrement composé de reproductions ou d’objets complètement imaginés. Le musée n’aborde ni ne justifie jamais explicitement le fait que toute sa collection est composée de recréations ; il les présente simplement dans des vitrines en verre, sans chercher à les situer dans un récit de l’histoire du Moyen-Orient, si ce n’est en indiquant simplement les dates et le lieu de leurs originaux. La même approche caractérise le musée d’histoire de la médecine Sabuncuoğlu à Amasya, dans le nord de la Turquie.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Daniel PIGNARD says:

    Les mathématiques ne viennent pas des pays arabes d’après de Gaulle :
    « Les Arabes disent qu’ils ont inventé l’algèbre et construit d’énormes mosquées. Mais ce fut entièrement l’oeuvre des esclaves chrétiens qu’ils avaient capturés… Ce ne furent pas les Arabes eux-mêmes… Ils ne peuvent rien faire seuls. »( Cité par Cyrus Sulzberger, Les derniers des géants, Ed. Albin Michel, 1972 )

  2. Il n’y a rien d’étonnant à ce que ces enluminures vantant la “science” arabe soient des faux quand on sait que le mensonge fait partie de l’islam…

  3. À vrai dire, l’islam est à l’origine de la destruction du riche patrimoine culturel byzantin dans le Moyen-Orient. Les falsificateurs de l’histoire attribuent aux musulmans d’être les transmetteurs à l’Occident de la philosophie grecque. C’est faux, étant donné que les érudits arabes chrétiens parlaient et écrivaient en syriaque et en grec.

    • Cadoudal says:

      les Arabes ont brûlé la bibliothèque d’ Alexandrie

      où se trouvaient tous les livres de l’ Antiquité

      motif “pas bon pour l’ Islam; il y a tout dans le Coran”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.