Alors que les gouvernements respectifs français et italien ont prévu que, malgré le déconfinement amorcé, les lieux de culte resteront portes closes jusque début juin, l’Allemagne, au contraire vient d‘assouplir les règles : depuis le 30 avril, Berlin a autorisé les églises, mosquées et synagogues a recevoir à nouveau leurs fidèles à condition qu’ils portent un masque et se tiennent à une distance minimum entre eux.

Le gouvernement de la chancelière Merkel s’est plié à un jugement de la Cour constitutionnelle, la plus haute instance du pays, qui a imposé cette mesure. Cette dernière avait été saisie d’une plainte émanant d’une association musulmane dans le Nord de l’Allemagne qui contestait l’interdiction de la prière du vendredi dans une mosquée en plein ramadan par les autorités locales de Basse-Saxe. La fermeture complète des lieux de cultes a été considérée par la Haute cour comme une « intrusion grave » pour la liberté religieuse.

LeMuslinPost relate cette victoire musulmane avec fierté :

« Les juges suprêmes lui ont donné raison et infirmé une décision d’un tribunal administratif qui s’était appuyé sur la législation en place interdisant les rassemblements, y compris religieux, en raison des risques de contamination.

Ils ont aussi souligné que leur décision faisait jurisprudence et s’appliquait « à l’interdiction générale des services religieux dans les églises, mosquées et synagogues ».

La Cour a jugé « pas concevable » que les interdictions de lieux de culte ne prévoient pas des « exceptions pour ce type de services religieux », dès lors que des précautions sont prises.

Surtout, les juges ont jugé que l’interdiction totale constituait une « grave intrusion dans la liberté de religion », garantie par la Constitution allemande, et ce surtout pendant « les prières du vendredi du mois de jeûne du Ramadan ».

Les juges ont fait valoir que l’association musulmane, réunissant 1.300 fidèles, avait fait des propositions visant à limiter les risques de contamination.

Il était prévu d’organiser le vendredi non pas une seule prière dans la mosquée mais plusieurs dans la journée et les fidèles devaient porter des masques de protection et respecter des distances importantes entre eux.

Mais cela n’avait pas suffi au tribunal administratif qui s’était inquiété que ces mesures de précaution ne puissent être respectées le jour de la prière du vendredi. Il avait associé les prières à des concerts ou des événements sportifs et les avait interdites.

La sanction de la Cour constitutionnelle met du coup la pression sur les autorités allemandes pour assouplir rapidement les restrictions liées au nouveau coronavirus concernant les lieux de culte.

Les différentes religions s’en plaignent de plus en plus et jeudi la chancelière Angela Merkel doit rencontrer les présidents des régions allemandes, compétents en matière de culte, pour tenter de définir une ligne d’action commune. »

Ainsi, alors qu’en France et en Italie, pays de civilisation catholique même si amplement déchristianisés, les politiques au pouvoir font la sourde oreille aux demandes des catholiques et de quelques-uns de leurs évêques pour que la messe leur soit rendue, voire s’en moquent tel le vulgaire inculte Castaner, en Allemagne, pays également de civilisation chrétienne, ce sont les nouveaux arrivants musulmans qui obtiennent gain de cause pour avoir le droit de pratiquer leur culte dans les lieux adéquats pendant la crise du coronavirus.

D’un côté comme de l’autre du Rhin, les chrétiens ne sont plus rien… et les mahométans sont tout ! Le Grand Remplacement passe aussi par le fait religieux.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :