Le narratif sur le covid continue de s’écrouler de toute part. La gestion covid dans de nombreux pays occidentaux a été une vaste campagne de « fabrique de la peur » et de propagande mensongère. La Grande-Bretagne a ouvert le bal des révélations scandaleuses, suivie de l’Italie, et maintenant des Etats-Unis.

Le docteur Anthony Fauci a commandé et approuvé un article dans le but exprès de saper les soupçons selon lesquels le Covid-19 s’est échappé d’un laboratoire en Chine

Des preuves suggèrent que le docteur Fauci, le Monsieur Covid des Etats-Unis, a « incité » la rédaction d’une publication qui « réfuterait » la théorie des fuites de laboratoire. Les auteurs de cet article ont faussé les preuves disponibles pour atteindre cet objectif.

L’ancien conseiller Covid de la Maison Blanche et directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), Anthony Fauci, a commandé et approuvé un article dans le but exprès de saper les soupçons selon lesquels le Covid-19 s’est échappé d’un laboratoire en Chine, selon des courriels obtenus par les républicains du sous-comité restreint de la Chambre des représentants des États-Unis sur la pandémie de coronavirus.

Une note de service datée du 5 mars rapporte que le 4 février 2020, trois jours seulement après avoir été averti pour la première fois lors d’une conférence téléphonique de la possibilité que le Covid ait pu s’échappé de l’Institut chinois de virologie de Wuhan (WIV), Fauci et l’ancien directeur de l’Institut national de Santé (NIH), le docteur Francis Collins, ont reçu une ébauche d’un article intitulé L’origine proximale du SRAS-CoV-2 (origine proximale), qui avait été rédigé par quatre autres participants de l’appel du 1er février.

« De nouvelles preuves publiées aujourd’hui par le sous-comité restreint suggèrent que le docteur Fauci » a incité « la rédaction de » l’article pour « réfuter » la théorie des fuites de laboratoire, et que « les auteurs de cet article ont faussé les preuves disponibles pour atteindre cet objectif », affirme le mémo.

« Notre travail principal au cours des deux dernières semaines s’est concentré sur la tentative de réfuter tout type de théorie de laboratoire », avait déclaré le docteur Kristian Andersen de Scripps Research à propos de son rôle dans la rédaction de l’article dans un courriel du 8 février 2020. Deux jours plus tard, elle décrivait son travail sur le journal comme « [impulsé] par » Fauci, Collins et Jeremy Farrar du Wellcome Trust du Royaume-Uni. En juillet 2021, Andersen a publiquement affirmé que « les données des coronavirus trouvés dans d’autres espèces, telles que les chauves-souris et les pangolins », l’ont persuadée que les caractéristiques du covid n’étaient pas uniques après tout, mais les nouveaux courriels révèlent qu’Andersen a conclu en privé que « ces séquences CoV supplémentaires des pangolins ne clarifient pas davantage les différents scénarios discutés dans notre manuscrit », et que les « séquences de pangolin nouvellement disponibles n’élucident pas l’origine du SRAS-CoV-2 ni ne réfutent une origine de laboratoire ».

Les liens entre Fauci et EcoHealth Alliance dont le président Peter Daszak avait conclu pour l’OMS a une fuite de laboratoire improbable

Le docteur Fauci est d’autant plus au centre de la controverse sur la question, compte tenu de son rôle dans le soutien aux recherches qui pourraient éventuellement avoir conduit au Covid, en approuvant le financement de l’organisation médicale non gouvernementale EcoHealth Alliance. Cette dernière a pour but d’explorer la recherche sur le gain de fonction (GOF), ce qui implique de renforcer intentionnellement les virus pour mieux étudier leurs effets potentiels sur les coronavirus sur plusieurs sites, dont le laboratoire de Wuhan. Or c’est le président de cette même association, Peter Daszak, qui avait été responsable de la mission d’experts diligentée par l’OMS en Chine dont le but de trouver l’origine du virus. La mission avait conclu que l’hypothèse de la fuite du virus d’un laboratoire de Wuhan était « extrêmement improbable ». On comprend aujourd’hui pourquoi une telle conclusion hâtive, les recherches de EcoHealth Alliance violeraient « un moratoire préexistant sur la recherche des gains de fonctions et ne tiendrait pas compte de ses risques potentiels » expliquaient en janvier 2022 les enquêteurs de Project Veritas.

Publiquement, la théorie des fuites de laboratoire a été largement moquée et rejetée depuis que le sénateur républicain américain Tom Cotton de l’Arkansas l’a lancée en février 2020, et pendant des mois, toute suggestion à ce sujet a été condamnée comme de la désinformation. Ce n’est qu’à la mi-2021 que les médias grand public ont commencé à la reconnaître comme une possibilité.

Le docteur Dr. Fauci, le Monsieur Covid des Etats-Unis, premier désinformateur sur la « pandémie » de coronavirus

Depuis lors, des courriels divulgués ont révélé que Fauci, Collins et d’autres chercheurs de haut niveau étaient au courant de la possibilité d’une fuite de laboratoire dès février 2020, mais craignaient de le reconnaître publiquement, car cela aurait nui à « la science et à l’harmonie internationale ». Plus récemment, le Wall Street Journal a évoqué qu’un « rapport de renseignement classifié » qui a été « récemment fourni à la Maison Blanche et aux principaux membres du Congrès » révèle que le Department of Energy a, avec un « faible degré de confiance », conclu que le virus s’est très probablement propagé après s’être échappé d’un laboratoire chinois, basé sur de nouvelles informations non spécifiées, un examen de la littérature universitaire et des avis d’experts.

Andrew Huff, ancien fantassin de l’armée en Irak, chercheur au département américain de la Sécurité intérieure et vice-président pour EcoHealth devenu lanceur d’alerte, a également attesté que les origines de COVID-19 remontent au financement fédéral américain supervisé par Fauci et le gouvernement fédéral.

Aux Etats-Unis, le premier désinformateur sur la « pandémie » de coronavirus a donc été le Monsieur Covid en chef. La même imposture entache ainsi le reste du narratif qu’il a déroulé tout au long de la gestion covid, tant concernant la protection via les masques et les vaccins, la faible immunité naturelle, la nécessité des confinement et restrictions liberticides.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup