Le Conseil d’État vient de rejeter les recours contre la naturalisation d’enfants nés de la Gestation Pour Autrui  à l’étranger. Ce qui revient à permettre la GPA indirectement en France. Il suffira de faire naître cet enfant selon la GPA à l’étranger et ensuite de le faire naturaliser français par adoption. Les attendus du Conseil d’Etat qui rappellent bien l’interdiction de cette procédure (GPA) sur le sol français sont donc complètement biaisés. C’est la porte ouverte à toutes les dérives et tous les abus contre l’intérêt des enfants et pour toutes les fantaisies des adultes. 

La loi Taubira suintera donc toute les substances maléfiques dont elle est porteuse et il en découlera en définitive aussi le droit à l’adoption d’enfants par des paires d’homosexuels et de lesbiennes. Plus que jamais il faut se mobiliser pour que cette loi soit supprimée purement et simplement et veiller à ce que les candidats aux présidentielles de 2017 s’y engagent.

Comme l’avait préconisé son rapporteur public, le Conseil d’État a rejeté les requêtes en annulation contre la «circulaire Taubira» du 25 janvier 2013 qui permet de délivrer des certificats de nationalité française aux enfants nés à l’étranger de parents français même lorsque ceux ci ont eu recours à une GPA (gestation pour autrui), procédure interdite en France. Dans sa décision, le Conseil d’État rappelle bien l’interdiction de cette procédure, il juge cependant que “la seule circonstance qu’un enfant soit né à l’étranger dans le cadre d’un tel contrat, même s’il est nul et non avenu au regard du droit français, ne peut conduire à priver cet enfant de la nationalité française”.
E.D.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :