mafia-politique

Il y a quelques années un entrepreneur italien avec qui je travaillais avait qualifié devant moi Silvio Berlusconi de « virus politique ». Indépendamment du jugement qu’on peut porter sur le personnage ou de la réalité de l’assertion, l’idée mérite d’être développée. Tout le monde connaît les virus informatiques, c’est-à-dire ces sortes de micro-programmes qui bloquent, dégradent ou détournent le fonctionnement des ordinateurs dans un sens qui n’est pas celui qui est normalement prévu.

Ce concept peut en effet s’appliquer aussi dans le domaine politique, c’est pourquoi nous proposons le néologisme mafiovirus : à savoir un groupe d’individus infiltrés dans la société ou les institutions officielles qui les dénature, les subvertit ou les détourne à son profit privé, au mépris plus ou moins complet de leur objet propre mais avec une apparence de légitimité ou de légalité.

Les mafias sont des mafiovirus criminels typiques. Elles n’essayent pas en général d’exercer le pouvoir officiel par elles-mêmes. Elles se contentent de le neutraliser ou de l’asservir, par la corruption, la violence ou la menace.

tg-fm-en-prison-bordeaux

Les obédiences franc-maçonniques sont quant à elles des mafiovirus politiques. En effet, ces formations plus ou moins occultes, quoiqu’elles se cachent de moins en moins, se fixent l’objectif de piloter la société et les institutions, indépendamment de ce que veut ou voudrait réellement le peuple candide. Le faux mariage homosexuel est un exemple de l’agenda toxique du mafiovirus franc-maçonnique. La plupart des gens sont hostiles au transformisme sociétalo-genderiste que le lobby LGBTQI veut appliquer, quasiment de force à coup de gaz lacrymogène sur les récalcitrants. Le pur délire d’un changement de civilisation par des gens qui n’ont reçu aucun mandat populaire pour ce faire.

Ici, il convient sans doute de distinguer mafiovirus politique, groupe de pression et parti politique. Il est inévitable que des individus s’associent pour défendre leurs intérêts et promouvoir leurs points de vue. Ce qui établit un mafiovirus politique est son imposture. Il prétend être ce qu’il n’est pas. En particulier, il prétend être démocratique et légitime, alors qu’en réalité il dessert le peuple et ne sert que des intérêts privés, généralement ceux des banques, du complexe militaro-industriel ou des multinationales. Ou alors il prétend ne pas exister, une autre stratégie. Au lieu de l’imposture, la furtivité.

Le concept miroir du mafiovirus politique est la démocratie coquille vide, c’est-à-dire le fait que le mafiovirus politique appliquera son propre agenda, quels que soient les résultats des élections. Si le peuple est assez fol pour approuver, on tiendra le résultat pour démocratiquement validé, si le peuple désapprouve, on passera outre d’une façon ou d’une autre. Le référendum sur la fameuse pseudo-constitution européenne de 2005 est l’archétypique de la démocratie coquille vide. Les adversaires et les partisans du non ont crié au déni de démocratie. Le problème est sans doute beaucoup plus grave. L’Union Européenne telle qu’elle existe et fonctionne est en réalité une sorte d’énorme mafiovirus de dimension continentale, totalement anti-démocratique, bankstérocratique et gravement nuisible à la prospérité pacifique de la plupart des Européens.

manipulation-marionette

A la démocratie coquille vide, peut s’adjoindre la dénaturation de l’Etat au profit d’intérêts privés. Par exemple, l’asservissement aberrant de l’armée, fonction régalienne, à des entreprises privées. Les USA sont typiques de cette dérive, où les mercenaires privés sont plus nombreux que l’armée régulière. Evidemment, la « war machine », mise en place par George W. Bush notamment, échappe totalement au peuple américain. La privatisation en cours de l’armée française est évidemment une monstruosité terrifiante. Les différents avatars de traité transatlantique avec leur logique d’arbitrage privé reviennent ni plus ni moins qu’à asservir intégralement les formes légales du pouvoir à des intérêts oligarchiques privés. Cela revient à légaliser les mafiovirus politico-économiques.

Naturellement, mafiovirus criminels et mafiovirus politiques peuvent tout à fait aller de pair. Sans grande surprise, le luxembourgeois Claude Juncker, ancien premier ministre d’un paradis fiscal crypto-mafieux en plein coeur de l’Europe de l’ouest, au coeur d’un scandale financier gigantesque, est devenu président de la Commission Européenne. Logique. Tristement logique.

Ces dernières années est apparu la notion de populisme. A notre sens, le populisme est une réaction immunitaire des peuples contre les mafiovirus politiques et en particulier contre le méga-mafiovirus bankstéro-fascistoïde qu’est l’Union Européenne. Le populisme est donc un signe de bonne santé et de salutaire réaction d’auto-défense de la part des peuples, que les mafiovirus politiques veulent enfermer dans des pseudo-démocraties coquille vide.

Parmi les mafiovirus qui infectent la France, outre les obédiences franc-maçonniques et l’Union Européenne, on peut lister aussi le mafiovirus sioniste et ces thuriféraires : Bernard Henri Levy, Alain Finkielkraut, etc. qui n’ont de cesse de mener une politique étrangère, qui est surtout complètement étrangère aux intérêts de la France. Les guerres menées par le mafiovirus sioniste en Libye, Syrie, Ukraine n’apportent absolument rien de positif à la France, bien au contraire.

On peut aussi noter que les mafiovirus politiques essayent de cacher leur malfaisance derrière divers écrans de fumée : le soi-disant complotisme, l’anti-racisme, l’anti-sémitisme, etc., toutes sortes de quolibets qui ne sont qu’un renversement accusatoire anticipé.

Tout comme la notion de grand remplacement permet de cristalliser un problème démographique, il nous semble que la notion de mafiovirus politique aide à comprendre la réalité des problèmes auxquels le peuple français est confronté dans la défense de sa liberté, de son intégrité et de sa pérennité.

Fortunin Revengé

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :