Sanctoral

Sainte Monique, Veuve

Née en Afrique du Nord à Tagaste vers 330, sainte Monique se maria à un païen de caractère violent qu’elle convertit par ses vertus. Devenue veuve, elle se dévoua à son fils Augustin, dont l’esprit était corrompu par l’erreur manichéenne et le cœur par les mœurs dissolues de Rome. « Nuit et jour elle priait ». Elle pleura son fils « avec plus de larmes que d’autres mères n’en répandent sur un cercueil ». Dieu accueillit avec miséricorde les prières et les larmes de Monique et rendit ce fils à sa mère en le ressuscitant à la vraie vie. C’est après avoir eu la joie d’assister au baptême de son fils que sainte Monique mourut à Ostie en 387. Elle est restée le modèle des épouses et des mères de famille chrétiennes. Augustin, après avoir parlé de la mort de sa mère, ajoute : « Nous ne pensions pas qu’il fût juste de mener le deuil avec des sanglots et des gémissements, car sa mort n’était ni malheureuse ni entière : nous en avions pour garants sa vertu, sa foi sincère et les raisons les plus certaines. Peu à peu, ô Dieu, je rentrai dans mes premières pensées sur votre servante, et me rappelant sa sainte vie, son pieux amour pour vous, et cette tendresse prévenante qui tout à coup me manquait, je goûtai la douceur de pleurer en votre présence sur elle et pour elle. Et si quelqu’un m’accuse comme d’un péché d’avoir donné à peine une heure de larmes à ma mère, morte pour un peu de temps à mes yeux, ma mère qui m’avait pleuré tant d’années pour me faire vivre devant vous, qu’il se garde de rire, mais que plutôt, s’il est de grande charité, lui-même vous offre ses pleurs pour mes péchés, à vous, Père de tous les frères de votre Christ ».

Martyrologe

A Ostie, sainte Monique, mère du bienheureux Augustin, qui nous a laissé lui-même le témoignage de sa très sainte vie, au neuvième livre de ses Confessions.

Aux mines de Phounon, en Palestine, l’anniversaire de saint Silvain, évêque de Gaza. Durant la persécution de l’empereur Dioclétien, et par ordre du César Galère Maximien, il reçut la couronne du martyre avec un grand nombre de ses clercs.

A Jérusalem, saint Cyriaque évêque. Alors qu’il visitait les Lieux Saints, il y fut mis à mort sous Julien l’Apostat.

A Camérino, saint Porphyre, prêtre et martyr. Sous l’empereur Dèce et le préfet Antiochus, il avait converti à la foi du Christ de nombreux infidèles (et parmi eux Venance) ; pour ce motif il fut décapité.

Aux mines de Phounon, en Palestine, trente neuf saints martyrs. Condamnes à travailler aux mines, ils furent brûlés avec des fers chauds, subirent d’autres tourments, et furent enfin décapités tous ensemble.

A Lorch, dans le Norique septentrional, saint Florian martyr. Sous l’empereur Dioclétien, et par ordre du pléfet Aquilin, il fut précipité dans la rivière d’Ens, une grosse pierre au cou.

A Cologne, saint Paulin martyr.

A Tarse, en Cilicie, sainte Pélagie, vierge et martyre. Sous l’empereur Dioclétien, elle fut enfermée dans un bœuf d’airain chauffé au rouge et accomplit ainsi son martyre.

A Nicomédie, l’anniversaire de sainte Antonie martyre. D’abord horriblement torturée et tourmentée par divers supplices, elle fut trois jours durant suspendue par un bras, renfermée deux ans dans un cachot, et enfin brûlée par ordre du préfet Priscillien, pour sa persévérance à confesser le Seigneur.

A Milan, saint Vénère évêque. Saint Jean Chrysostome a rendu témoignage à ses vertus, dans une lettre qu’il lui écrivit.

En Périgord, saint Sardot, évêque de Limoges.

A Hildesheim en Saxe, saint Godard, évêque et confesseur. Le pape Innocent II l’a mis au nombre des saints.

A Auxerre, saint Curcodème diacre.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :