300 000 euros, c’est la somme que réclame le parlement européen à l’ancienne député Marine Le Pen. La justice européenne a rendu sa sentence dans l’affaire de l’emploi douteux d’une assistante parlementaire.

Le Tribunal de l’UE, basé à Luxembourg, a débouté la présidente du Rassemblement national qui demandait l’annulation d’une décision de recouvrement de cette somme prise par le Parlement européen fin 2016. Marine Le Pen “n’a pas été en mesure de démontrer que son assistante assurait des tâches effectives pour elle” et “n’a pas fourni de preuve d’une activité quelconque (de cette dernière) au titre de l’assistance parlementaire, ce qu’elle a d’ailleurs reconnu lors de l’audience”, souligne le tribunal dans son arrêt. 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :