Les faits datent du 12 novembre 2017. Dans un salon sénatorial de Syracuse a eu lieu un débat organisé par le Grand Orient d’Italie sur le thème des relations entre l’Eglise et la Franc-Maçonnerie.

Parmi les intervenants, on trouve bien sûr différents hauts gradés de la franc-maçonnerie. Mais aussi Mgr Maurizio Aliotta, de l’archidiocèse de Syracuse, et Mgr Antonio Stagliano, évêque de Noto.

L’intervention Mgr Stagliano a été filmée :

L’annonce de cette rencontre a rapidement suscité émoi, indignation et controverse.

Après cette rencontre, Mons. Antonio Stagliano, s’est entretenu avec plusieurs journalistes. Voici quelques unes de ses déclarations à la fin de l’événement:

« Je pense que beaucoup de catholiques ont exprimé leur inquiétude et même leur indignation parce qu’ils ont une conception de la franc-maçonnerie qui est évidemment négative. Les maçons seraient ceux à capuchon, les satanistes, les gangsters. Si c’est vrai, je peux même les comprendre. Mais j’ai été invité à un débat public, avec une franc-maçonnerie qui ne semble pas être une société secrète, et leurs têtes sont visibles. J’ai pu aussi leur prêcher l’Évangile, parce qu’ils m’avaient demandé de parler de la relation entre l’Église et la franc-maçonnerie. Puisque je connais peu la franc-maçonnerie, j’ai pensé à parler de l’Église catholique. Laissant votre intelligence pour comprendre s’ils sont loin ou proches.

J’ai expliqué que pour l’Église de Vatican II, l’Église du dialogue, ils ne sont ni proches ni éloignés, mais totalement extérieurs. Ils sont en dehors de la communion catholique, ils sont excommuniés. J’ai expliqué ce qu’est l’excommunication. Alors laissez-moi rassurer tous ceux qui pensent que ma présence à ce « dialogue » est une sorte de dédouanement. Absolument pas. Ce n’est pas dans ma compétence de le faire. Mais en tant que théologien, en tant qu’évêque et surtout en tant que théologien, j’ai voulu expliquer qu’ils sont en dehors de la communion de l’Église. »

« (…) je dirais que l’une des principales raisons qui m’ont conduit à ce dialogue était, premièrement, d’obéir au commandement de Jésus, qui nous envoie comme des moutons au milieu des loups et s’il y a des ennemis de l’Église, nous dit «vous devez aimer vos ennemis» . Donc, ma démarche, puisque l’intention de mon cœur est de faire un travail de charité intellectuelle, eh bien la charité c’est aussi de donner un éclaircissement particulier aux gens qui peuvent être désorientés. Parce que si beaucoup de ceux qui m’ont entendu sont des maçons et sont catholiques, évidemment ces gens sont nos frères, un peu désorientés.Comment concilier l’excommunication avec leur appartenance à la franc-maçonnerie; avec aller à l’église et peut-être même se nourrir de l’Eucharistie? Ce n’est pas possible. Si alors, comme certains le disent, certains prêtres et certains évêques appartiennent à la franc-maçonnerie, il semble qu’une présence autorisée d’un évêque est nécessaire pour leur dire: regardez, ces choses ne sont pas possibles. Parce que si un prêtre ou même un évêque adhère à la franc-maçonnerie, cela signifie qu’il ne se soucie pas de l’excommunication . Mais un catholique qui ne se soucie pas d’excommunication, je pense qu’il a des problèmes avec l’identité catholique. »

Ces propos assez confus, qui mélangent erreur et vérité, et manquent de la fermeté de condamnation de la secte maçonnique, sont de nature à sérieusement inquiéter d’une tentative de dialogue plus régulier entre des représentants de la franc-maçonnerie et des représentants de l’Eglise conciliaire.

En minimisant d’emblée dans ses propos la dangerosité et les nuisances de la franc-maçonnerie, ainsi que ses origines occultistes et satanistes, Mgr Stagliano fait preuve soit de grave naïveté soit de grave complicité.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :