On vit une époque renversante grâce à la genderofolie…

Dorénavant, les New-yorkais pourront choisir d’indiquer un simple ‘’X’’ sous la rubrique ‘’sexe’’ sur leurs documents d’état civil. Cette disposition a été approuvée à la grande majorité du City Council de New-York et entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2019.

Qui le souhaite pourra donc changer l’indication du propre sexe sans certificat médical. Et les parents pourront choisir ‘’X’’ pour le certificat de naissance de leurs enfants qui, adultes, décideront dans quel genre ils se reconnaissent.

Les associations Lgbt new-yorkaises exultent ! Elles parlent de « décision historique ». L’artisan de cette bataille pour le “Gender X” au Conseil municipal Corey Johnson jubile :

« New-York est toujours davantage la championne mondiale de l’égalité et de l’inclusivité. Maintenant les New-yorkais ne seront plus traités comme si leur identité était une question médicale. »

Le maire de la ville américaine, Bill de Blasio, s’était engagé publiquement en faveur de cette mesure, en déclarant que la loi aurait « permis aux transgenres et aux genres non conformes de vivre avec la dignité et le respect qu’ils méritent ». New-York rejoint ainsi les États de l’Oregon, de Californie, de Washington D.C. et du New Jersey, qui permettent déjà de choisir un troisième genre, outre à masculin et féminin.

La genderophilie rend fou. Place à la genderofolie qui n’a ni queue ni tête. Avec de telles mesures cinglées attentatoires à la nature et à la raison humaines, bientôt il sera possible de choisir son espèce sur ses documents d’état civil : singe ou âne peut-être ?

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :