Nous reproduisons ci-dessous la lettre ouverte à Assa Traoré que Stella Kamnga (qui a accordé un passionnant entretien à Alain Escada pour son émission Une Heure De Vérités sur MPI TV) a mise en ligne sur sa page Facebook.

Bonjour Assa,

J’espère que tu ne te sens pas trop oppressée aujourd’hui. Moi, si. Tu m’étouffes !

Ce qu’il y a de scandaleux chez toi, c’est que ton discours ne correspond en rien à ton parcours. On a jamais vu une véritable victime de « racisme systémique » être aussi libre qu’Assa Traoré en France.

Dans les vraies dictatures, dans les vrais régimes oppressifs, les victimes n’ont pas la parole, ils ne font pas la une des journaux, n’organisent pas de manifestations illégales, ne sont pas régulièrement invités par les médias de masse. Leur seul droit est de se taire, ou, s’ils en ont la chance, de s’enfuir. Souvent, ils sont mis en prison sans procès équitable. Ou kidnappés, comme l’a été récemment le président du plus grand parti d’opposition au Mali, Soumaila Cissé.

Dans les vraies dictatures, personne n’oserait contester une décision de justice pour mener sa revanche personnelle, diffamer le pays qui vous a vu grandir et régler ses comptes dans la rue et dans les médias. Dans tous ces pays où les droits de l’homme n’existent pas tu n’aurais jamais pu bénéficier de cet arrêt maladie d’une durée d’un an qui t’a bien servi pour passer ton temps à militer, avec le soutien de la fondation OPEJ-Baron Edmond de Rothschild, dont tu étais l’employée.

Assa, tu ne luttes pas pour défendre une cause et encore moins pour
protéger une communauté. Tu luttes seulement pour promouvoir ta propre personne. Si Molière t’avait connu il aurait peut-être écrit La Victime Imaginaire, à moins d’être trop dégoûté par ton numéro de télé-réalité.

Tu prétends défendre la condition des noirs ? La vie d’un homme ou d’une femme noire a plus de valeur en France qu’en Afrique et tu le sais très bien. Tu veux défendre les victimes de « racisme systémique » ? Alors rejoins le combat des Harratines en Mauritanie, dénonce et marche contre l’esclavage des noirs par les arabo-berbères au Sahel, engage-toi contre le servage, contre le tribalisme ! La France a le dos large et pendant que tu l’accuses de tous les maux, tu éloignes une partie de la jeunesse de la connaissance de la Vérité que tu prétends pourtant si bien servir.

Samedi 18 juillet, tu vas à nouveau défiler dans la rue. Cette fois-ci,
tu ne seras pas seulement accompagnée par tes suiveurs habituels, tu seras aussi entourée de militants d’Europe-Écologie-Les-Verts, pour faire cause commune. Après avoir trahi la cause de l’antiracisme, tu vas trahir la cause de l’écologie. Votre slogan est « On étouffe ». Aucun pays dans le monde n’est épargné par le changement climatique et la France ne fait pas exception, mais pourquoi dire que tu étouffes en France ? Ce n’est ni le pays le plus pollueur de la planète (va adresser tes doléances à la Chine, aux États-Unis, au Qatar !) ni le territoire où les changements sont les plus rudes de nos jours. Mais je ne t’ai jamais entendu parler du sort des millions de réfugiés climatiques africains…

On respirera tous beaucoup mieux quand tu auras compris que dans le monde réel, en dehors de ton noyau de fans et de tes alliés cyniques, tu as l’air profondément ridicule. L’écologie et la justice sociale méritent d’autres défenseurs qu’une escroc comme toi.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :