De nombreuses voix scientifiques s’élèvent pour soutenir l’origine artificielle du covid, né dans le laboratoire chinois.

La dernière en date est celle d’un scientifique à l’Université de Hambourg, Roland Wiesendanger : « Le coronavirus ? Il est né à la suite d’un accident de laboratoire. » Le chercheur allemand est très convaincu, au point d’avoir réalisé une étude de plus de 100 pages basée sur 60 hypothétiques indices irréfutables. Pour dire la vérité, dit le professeur de physique, il y aurait 600 indices, même si seuls les plus importants se trouvent dans son étude. « Je suis sûr à 99,9% que le virus vient du laboratoire », a déclaré Wiesendanger dans une interview avec le journal allemand Zdf.

La nouvelle de ses recherches a suscité un débat houleux dans toute l’Allemagne, entre ceux qui, convaincus par les thèses de l’universitaire, sont revenus pointer du doigt la théorie du laboratoire de Wuhan, et ceux qui ont attaqué l’Université de Hambourg pour des recherches non scientifiques.

Entre janvier 2019 et décembre 2020, le professeur a utilisé une énorme quantité de sources, notamment de la littérature académique, des médias, des articles de journaux et des communications personnelles avec des collègues du monde entier, pour ensuite joindre les points et adopter une approche scientifique interdisciplinaire. « Les indices fournis par le virus lui-même, ainsi que par de nombreuses publications, parus dans des revues scientifiques comme sur les réseaux sociaux, montrent que le virus était un accident de laboratoire », a ajouté l’auteur de l’étude au Bild, autre quotidien allemand.

Parmi les indices cités par le professeur, le fait qu’aucun animal hôte n’a encore été trouvé. Le plus proche parent du SRAS-CoV-2, renommé RaTG13, est un coronavirus trouvé chez des chauves-souris prélevées dans une mine de Mojiang en 2012. Étant donné que la distance entre cet endroit et Wuhan est d’environ 1200 kilomètres, il est impossible que les chauves-souris elles-mêmes aient amené le virus dans la ville. Des scientifiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui ont récemment terminé une mission de quatre semaines à Wuhan pour enquêter sur les origines du virus, ont souligné dans leur rapport final que le contact entre les habitants de la mégalopole du Hubei et les chauves-souris est rare.

Pour l’OMS, il n’y aurait aucun doute: le Sars-CoV-2 est arrivé en ville grâce à un hôte intermédiaire, c’est-à-dire un autre animal. Wiesendanger, en revanche, affirme que le coronavirus a atteint la ville grâce à des échantillons collectés par des chercheurs et stockés à l’Institut de virologie de Wuhan. Ici, le virus aurait été adapté par les humains au cours de recherches peu claires.

La preuve ? Le fait que le covid soit capable d’accrocher les cellules réceptives humaines et d’y pénétrer, comme Sars et Mers n’ont pas pu le faire. En outre, la sécurité du laboratoire et le fait que les chercheurs ont été impliqués dans une recherche prétendument controversée suscitent des inquiétudes. Les conclusions du professeur allemand coïncident avec ce qui a été rapporté par certains responsables américains, selon lesquels la fuite de l’agent pathogène du laboratoire serait l’explication la plus crédible de la pandémie.

Les thèses de Wiesendanger ont reçu de violentes attaques. D’abord parce que l’auteur n’est pas un virologue mais un physicien, ensuite parce que selon ses adversaires, ses recherches n’auraient rien de scientifique, basées simplement sur une collection d’articles de journaux, y compris des articles du magazine Focus, du portail Epoch Times, ainsi que de Wikipédia, et des vidéos publiées sur Youtube et autres réseaux sociaux. Sans surprise, le virologue Bernhard Fleckenstein, de l’Université d’Erlangen, a été clair : « Le physicien ne peut montrer aucune séquence concrète et sa théorie n’est pas convaincante. »

Dans tous les cas, la recherche de Wiesendanger n’est pas la seule à pointer directement vers le laboratoire. Récemment, d’autres voix ont émis l’hypothèse d’un lien, jugé « extrêmement improbable » par l’ OMS, entre le laboratoire de Wuhan et la pandémie. L’ancien secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié les déclarations suivantes à Fox News : « Nous savons que ce virus est originaire de Wuhan et que l’Institut de virologie est situé à quelques kilomètres du marché aux poissons. Nous avons vraiment besoin que le gouvernement chinois s’ouvre et aide à expliquer exactement comment ce virus s’est propagé. »

Li Meng Yan, un médecin qui travaillait à la Hong Kong School of Public Health, un laboratoire de référence sur place pour l’OMS, a répété à plusieurs reprises que « le coronavirus provient du laboratoire de Wuhan ». Mlle Li a également publié quelques documents. Un autre précédent concerne le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008. Selon Montagnier, Sars-CoV-2 ne serait rien de plus qu’un virus manipulé et libéré par erreur par un centre de recherche chinois à Wuhan, spécialisé dans la recherche sur les coronavirus et où le vaccin contre le sida était à l’étude. Cependant, l’opinion de l’OMS est très différente: selon l’organisation basée à Genève, le virus aurait presque certainement une origine naturelle. Le débat et la controverse continuent.

Francesca de Villasmundo 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :