La publication des déclarations de patrimoine brut des candidats à la présidentielle peut donner une indication quant à leur train de vie, à leur capacité à gérer, même si bien entendu cela ne constitue en rien une preuve d’aptitude optimale à la fonction présidentielle.  Commençons d’abord par les actifs détenus au 1er janvier 2017.

Cinq  candidats sont millionnaires ou presque : le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan est en tête avec une fortune déclarée de 2.352.080 millions d’euros. Il précède le candidat de l’UPR François Asselineau, haut-fonctionnaire n’ayant jamais eu une fonction élective, et qui dispose d’un patrimoine de 1.568.784 euros. Il devance l’ancien Premier Ministre François Fillon qui, malgré des suspicions d’enrichissement personnel, n’est que troisième avec 1.181.316 euros, devançant de peu le 4e millionnaire, lui-même accusé d’avoir une conception très lucrative de la solidarité familiale, le candidat d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, confortablement assis sur une cagnotte de 1.131.212 euros. Les prétendus hoax circulant sur internet quant à ses revenus n’étaient donc pas si faux que ça… Bien que lourdement endetté pour l’acquisition de son patrimoine immobilier, Benoît Hamon a des actifs à hauteur de 899.267 euros.

Trois candidats ont ensuite un patrimoine dépassant les 500.000 euros. En 6e position, le candidat centriste Jean Lassalle, agriculteur à la Fernand Reynaud pour qui ça eut payé : 733.858 euros. En 7e position, Marine Le Pen qui possède un patrimoine de 630.685 euros. Un peu plus loin, Jacques Cheminade, ancien haut-fonctionnaire, dont la fortune se monte à 512.990 euros.

Nathalie Arthaud, la candidate de la secte d’ultra gauche Union Communiste (plus connue par son journal Lutte Ouvrière), se situe un peu en retrait, à la 9e place avec 271.290 euros.

Reste ensuite les deux derniers, des indigents par rapport aux précédents. Si la dernière place est occupée logiquement par Philippe Poutou, modeste ouvrier chez Ford, qui a conne fruit du travail d’une vie un modeste pécile de 31.665 euros, Emmanuel Macron, en 10e position, est véritablement une énigme. Comment un homme qui a cumulé les hauts revenus, émoluments ministériels princiers et salaires corinthiens chez Rothschild, ne peut n’avoir qu’un patrimoine de 196.000 euros – dont  497.035 d’actifs et 300.000 de dettes non-immobilières – alors qu’il a déclaré avoir gagné 3.294.512 euros pour la période 2009-2014 ? Il dispose certes de liquidités pour un montant de 260.000 euros, mais sa comptabilité compte un « trou » de 1 millions d’euros, comme l’a calculé Olivier Delamarche dans un article du 8 février 2017 paru sur son site Les Crises ().

C’est d’autant plus intéressant lorsqu’on s’intéresse aux patrimoines immobiliers des candidats. Une fois encore, c’est Dupont-Aignan qui est le mieux loti avec un total de 2,329 millions d’euros. Viennent ensuite dans l’ordre décroissant : Asselineau 1,341 million, Mélenchon 1,077 million, Hamon 0,821 million, Lassalle 0,705 million, Le Pen 611.832 €, Cheminade 420.700 €, Arthaud 264.000 €… et pas de patrimoine immobilier pour Macron et Poutou, ce qui pour le premier est assez inquiétant quant à son aptitude à gérer son patrimoine…

En ce qui concerne l’endettement, il faut faire la part des choses entre les dettes immobilières et celles qui ne le sont pas. Hamon est le plus lourdement endetté pour l’acquisition de son patrimoine immobilier avec 598.383 euros, devant Asselineau 371.385 €, Mélenchon 156.435 €, Lassalle 148.569€, Cheminade 28.945 €, Dupont-Aignan 24.990 € et Arthaud 7.002 €. Les autres dettes concernent 5 candidats ; Macron avec 300.489 euros, Dupont-Aignan avec 103.596 €, Fillon 89.449 €, Mélenchon 9.287 € et Le Pen 3.514 €.

Le classement en patrimoine net arrondi au millier est donc le suivant, en millions d’euros : Dupont-Aignan 2,22 ; Asselineau 1,19 ; Fillon 1,03 ; Mélenchon 0,965 ; Le Pen 0,637 ; Lassalle 0,585 ; Cheminade 0,484 ; Hamon 0,3 ; Arthaud 0,264 ; Macron 0,196 et Poutou 0,031. Quand on étudie la façon de gérer, on peut donner à chaque candidat le surnom suivant :

  • Nicolas Dupont-Aignan : l’homme de pierre (de par sa fortune placée dans l’immobilier)
  • François Asselineau : Assurancetourix (il possède la plus forte assurance-vie et se dit bâillonné par les médias)
  • Jean-Luc Mélenchon : Camarade bourgeois (selon ses propres mots : «Au total, je suis assez nanti pour rassurer les petits bourgeois et pas assez pour indigner mes voisins du kebab.»)
  • François Fillon : Milord (marié à une anglaise, montre et voiture de luxe)
  • Jacques Cheminade : l’archéo-futuriste (se proclame révolutionnairement novateur mais collectionne l’art préhistorique et précolombien).
  • Emmanuel Macron : l’enfant prodigue (en plus de ses émoluments dont il ne reste rien, il a touché 274.000 euros d’avance de droits d’auteur dont il ne reste guère plus).
  • Jean Lassalle : la terre ne ment pas (seul propriétaire terrien des onze)
  • Nathalie Arthaud : La St’Arlette (elle possède plusieurs comptes en banque. En a-t-elle un au Crédit Lyonnais où travaillait Mademoiselle Laguillier ?)
  • Marine Le Pen : Dalida (elle assume en toute solitude ses frais de campagnes, faute de banques prêteuses)
  • Philippe Poutou : Pas si Ford que ça (il travaille chez Ford mais roule dans son seul bien « luxueux » : une Peugeot de 20.000 €).

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :