Communiqué

Audience du Conseil d’Etat ce 15 mai à 14h30

CIVITAS c/ Premier ministre et ministre de l’Intérieur pour rendre la Messe aux catholiques

 

Le Conseil d’Etat a fixé au 15 mai à 14h30 l’audience pour les trois requêtes en reféré liberté déposées par CIVITAS pour rendre la sainte Messe aux catholiques.

Le 1er mai 2020, en après-midi, CIVITAS avait déposé une première requête en référé liberté par devant le Conseil d’Etat contre l’article 8 du décret 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Pour rappel, cet article 8 du décret 2020-293 interdisait l’accueil du public et par conséquent le culte public dans les lieux de culte à l’exception des cérémonies funéraires dans la limite de vingt personnes.

Le 4 mai, CIVITAS déposait une deuxième requête en référé liberté devant le Conseil d’Etat, demandant au Conseil d’Etat d’annuler la décision verbale du premier ministre du 28 avril 2020 qui interdit toute célébration publique de la sainte Messe jusqu’au 2 juin 2020 et d’enjoindre au premier ministre ou à toute autorité compétente d’autoriser immédiatement la célébration publique de la sainte Messe sous peine d’astreinte par jour de retard.

Enfin, le 11 mai, CIVITAS a déposé une troisième requête en référé liberté devant le Conseil d’Etat contre l’article 8 du nouveau décret du 11 mai 2020 qui remplace celui du 23 mars.

Jusqu’ici, les catholiques n’ont accès à la Sainte Messe dans les églises de France que pour les enterrements. Ils sont privés de l’accès aux sacrements indispensables à leur vie spirituelle et religieuse.

CIVITAS mène avec persévérance cette action devant le Conseil d’Etat pour rendre aux catholiques la liberté fondamentale d’exercer leur culte public.

Cette action a été dénommée “Opération Saint Georges”.

CIVITAS rappelle que les ministres du culte sont investis des pouvoirs de police de l’église et de culte par le Titre V de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat. Ces pouvoirs de police, reconnus à maintes reprises par le Conseil d’Etat, permettent sur le plan juridique aux prêtres d’imposer aux fidèles, dans les églises et chapelles, les mesures de distanciation sociale et autres mesures sanitaires proportionnées à l’épidémie.

CIVITAS dénonce la logique du Gouvernement visant à détruire la pratique religieuse et l’assistance régulière à la Sainte Messe. Le Covid-19 ne s’attrape pas plus facilement dans une église que dans une file à l’entrée ou à la caisse d’un supermarché.

CIVITAS appelle tous les catholiques à prier pour le succès de cette bataille juridique.

Alain Escada, président de Civitas

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires

  1. toto says:

    Alors le Poisson du PCD, il suit ou il ne suit pas? Il s’associe, il dépose un autre référé? Il attend la Pentecôte?
    La CEF pense que si on garde le confinement jusqu’à la prochaine grippette de l’hiver 2020-2021, cela nous fera gagner du temps. Hélas, le confinement est inefficace contre la propagation des virus, mais il est très efficace pour l’augmentation de la connerie de la quasi totalité des populations, les “élites” comprises!

  2. Quand on connaît la composition du Conseil d’Etat, on n’a pas beaucoup d’espoir.
    Cela dit, vous avez raison : il fallait le tenter.
    S’ils repoussent votre demande (ce qui est malheureusement très probable, vu le degré de pourriture), on aura une preuve de plus que nous avons basculé dans une dictature totalitaire.

  3. Civitas défend les catholiques et uniquement les catholiques. Que Civitas en soit loué.
    Ce n’est pas la liberté religieuse de Vatican II qui au nom d’une fausse dignité humaine défend les droits des fausses rreligions mises à égalité avec l’unique vraie religion : celle révélée par Notre Seigneur Jésus Christ.
    On sait que quand les abominables papes conciliaires parlent de liberté religieuse ce n’est pas la liberté de la vraie religion qu’ils réclament mais la liberté pour les fausses religions et leurs faux dieux. D’ou la laïcisation des Etats autrefois catholiques, la propagation de l’hérésie et de l’apostasie, l’expansion des fausses religions.
    On parle du coronavirus très à la mode. Dignitatis humanae est un virus bien plus dangereux et malfaisant que le coronavirus car cette déclaration s’attaque aux fondements mêmes de la foi catholique..

  4. balaninub says:

    C’est assez bizarre… j’avais écrit un texte et au fur et à mesure que j’écrivais j’ai vu disparaître les endroits à “cliquer” et enfin envoyer mon texte… et là ….

  5. Sandrine says:

    Voici ce qu’écrivait à sa fille Madame de Grignan le jeudi, le 30e d’avril de 1687 :

    “Surtout, ma chère enfant, ne venez point à Paris !
    Plus personne ne sort de peur de voir ce fléau s’abattre sur nous, il se propage comme un feu de bois sec. Le roi et Mazarin nous confinent tous dans nos appartements.
    Monsieur Vatel, qui reçoit ses charges de marée, pourvoie à nos repas qu’il nous fait livrer,
    Cela m’attriste, je me réjouissais d’aller assister aux prochaines représentations d’une comédie de Monsieur Corneille “Le Menteur”, dont on dit le plus grand bien.
    Nous nous ennuyons un peu et je ne peux plus vous narrer les dernières intrigues à la Cour, ni les dernières tenues à la mode.
    Heureusement, je vois discrètement ma chère amie, Marie-Madeleine de Lafayette, nous nous régalons avec les Fables de Monsieur de La Fontaine, dont celle, très à propos, « Les animaux malades de la peste » ! « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés »”.
    Je vous envoie deux drôles de masques ; c’est la grand’mode. tout le monde en porte à Versailles. C’est un joli air de propreté, qui empêche de se contaminer,
    Je vous embrasse, ma bonne, ainsi que Pauline.”

    Je doute que le roi et Mazarin interdisaient la messe ! pourtant, la peste, c’est bien plus grave que le covid-19…

  6. balaninub : j’ai remarqué ça aussi, le nb de mots est limité, passé un certain nombre (sais pas combien) le bouton cliquer disparaît. Il faut alors effacer vos derniers mots, avec la touche “retour arrière” de votre clavier pour le voir ré-apparaître, ce bouton. Et donc il faut faire un second message pour terminer le premier.
    Et quand onclique sur “laisser un commentaire”, ça affiche toujours “erreur, doublon”.. c’est plein de bugs ici, mais personne sur le blog ne semble capable de les corriger, alors ça va comme ça, cahin, caha 😀

  7. pamino says:

    Merci de ces informations techniques, car, revenu après une longue absence, je ne comprenais pas ce qui se passait avec mes commentaires. Quelle est la raison d’être de cette « amélioration » ?

  8. pamino says:

    Ah, voilà mes autres commentaires d’aujourd‘hui qui étaient jusque-là invisibles. Il y a qc qui ne marche pas au niveau technique.

  9. Soupape says:

    A pamino

    Bienvenue à votre retour.

    Il ne s’agit pas d’une amélioration,
    mais MPI a dû changer son prestataire de services,

    d’où des modifications apparentes du mode d’emploi des commentaires …

    mais qui ne changent rien ni à leur rédaction ni à leur longueur, …
    à condition
    d’utiliser le ou les ascenseurs situés en marges du cadre des commentaires !

    Toutefois, il faut attendre 1/4 d’heure pour vérifier qu’on est bien publié..

    Bien à vous.