reine_elisabeth_obamaLes 90 ans de la reine Elisabeth II ont été l’occasion d’un grand raout à Londres où nombreuses étaient les personnalités politiques mondiales. Barak Obama en a profité pour entamer sa 5ème visite au Royaume-Uni et s’est permis des ingérences dans la politique interne britannique et des menaces si la Grande-Bretagne envisageait sérieusement le Brexit, sortie qui remettrait en cause le Traité de libre échange commerciale entre les États-Unis et l’Union européenne.

Lors d’une conférence de presse avec le premier ministre Cameron et dans une tribune libre parue sur le Daily Telegraph. Morceaux choisis :

Certains pensent peut-être qu’il y aura un accord de libre échange USA/Royaume-Uni mais cela n’arrivera pas de sitôt (…) Le Royaume-Uni sera en queue de peloton.”

“Nous sommes concentrés sur les négociations avec le grand bloc, c’est-à-dire l’UE.” “Les États-Unis veulent un Royaume-Uni fort comme partenaire. Et le Royaume-Uni excelle lorsqu’il contribue à diriger une Europe forte.”

L’excentrique maire de Londres, Boris Johnson, favorable et ardent défenseur du Brexit a répliqué avec beaucoup d’aplomb et un flegme britannique certain dans un article édité par le Sun. A travers lequel il dénonce l’hypocrisie du président américain, botte en touche Obama à propos du retour à l’ambassade britannique du buste de Churchill qui trônait dans le bureau ovale de la Maison blanche avec des propos qui ont fait grimper aux rideaux les furies du politiquement correct :

“Quelques-uns ont dit qu’il snobait les Britanniques. D’autres disent que c’est le symbole de l’aversion ancestrale de l’Empire britannique d’un président en partie Kényan.”

Et termine par une observation de bon sens :

“Que les États-Unis nous disent que nous, au Royaume-Uni, devons céder le contrôle d’une bonne partie de notre démocratie est un exemple stupéfiant du principe “Faites ce que je dis et non ce que je fais.”

Quant à Nigel Farage, le chef du parti anti-immigration Ukip, il surfe sur les mêmes considérations dans une déclaration à l’AFP  : 

“Obama n’aime pas beaucoup les Britanniques. Son grand-père a grandi au Kenya, une ancienne colonie britannique. Ça lui reste en travers de la gorge”. Il a dénoncé “une ingérence malvenue de la part du président américain le plus anti-britannique qui ait jamais existé”. “Heureusement, il quitte bientôt ses fonctions”, a-t-il ajouté.

Un humour britannique décapant dans un monde politique aseptisé !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :