Fondée en 1988 par le motu proprio Ecclesia Dei du pape Jean-Paul II, à la suite du sacre de 4 évêques par Mgr Lefebvre au sein de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X , la Commission Ecclesia Dei vient d’être supprimée par le pape François.

Sa mission officielle, au lendemain de « l’opération survie de la Tradition » par le fondateur de la F.S.S.P.X., était de

« collaborer avec les évêques, les dicastères de la Curie romaine et les milieux intéressés, dans le but de faciliter la pleine communion ecclésiale des prêtres, des séminaristes, des communautés religieuses ou des religieux individuels ayant eu jusqu’à présent des liens avec la Fraternité fondée par Mgr Lefebvre et qui désirent rester unis au successeur de Pierre dans l’Église catholique en conservant leurs traditions spirituelles et liturgiques, à la lumière du protocole signé le 5 mai par le cardinal Ratzinger et Mgr Lefebvre».

Sa mission officieuse, Mgr Lefebvre l’avait dévoilée dans un entretien, le 22 novembre 1989, avec François Brigneau, à Radio Courtoisie :  la commission ED, avait-il expliqué avec clairvoyance « est chargée de la récupération des traditionalistes pour les soumettre au Concile ». Le temps lui a donné amplement raison !

En 30 ans, cette Commission a évolué : chargée de gérer les relations avec les communautés préférant l’ancienne messe, elle reçut mission, sous Benoît XVI, de mener également les négociations avec les supérieurs de la Fraternité Saint Pie X en vue d’une reconnaissance canonique de cette dernière assortie d’une prélature personnelle.

« Considérant que les conditions qui avaient amené le pape Jean-Paul II à l’institution de la Commission pontificale Ecclesia Dei ont changé », « que les Instituts et Communautés religieuses qui célèbrent habituellement dans la forme extraordinaire ont trouvé aujourd’hui une stabilité propre de vie et de membres » et « prenant acte que les objectifs et les questions traitées par la Commission pontificale Ecclesia Dei sont d’ordre principalement doctrinal », par une lettre apostolique sous forme de motu proprio concernant la Commission pontificale Ecclesia Dei, l’actuel pape a mis fin, le 17 janvier dernier, à l’existence de cette commission pour « confier ses tâches à une section spéciale » au sein de la Congrégation pour la Doctrine de la foi. Cette section spéciale aura pour tâche, précise le motu proprio, de « poursuivre l’œuvre de vigilance, de promotion et de tutelle jusqu’alors conduite par l’ex-Commission Ecclesia Dei ».

Le pape argentin souligne également dans sa lettre que, par cette décision, il répond ainsi au « souhait formulé le 15 novembre 2017 par la Congrégation pour la Doctrine de la foi afin que le dialogue entre le Saint-Siège et la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X soit conduit directement par la dite Congrégation, les questions traitées étant doctrinales ».

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. “Le pape argentin souligne également dans sa lettre que, par cette décision, il répond ainsi au « souhait formulé le 15 novembre 2017 par la Congrégation pour la Doctrine de la foi afin que le dialogue entre le Saint-Siège et la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X soit conduit directement par la dite Congrégation, les questions traitées étant doctrinales ».
    La FSSPX aurait tort de se réjouir de cette mesure. Même si elle déteste depuis toujours les “ralliés”. Ceux-ci ont fait du bon boulot pour que la liturgie et les dogmes aient survécu auprès des fidèles. Et les scandaleuses négociations de Mgr Fellay ont montré qu’il faut se méfier des “purs”. Combien d’intransigeants de la FSSPX sont passés avec armes et bagages aux conciliaires?
    Bergoglio est un précurseur de l’Antéchrist, pas de négociations avec Satan.

  2. La stratégie romaine à l’égard de la FSSPX paraît se confirmer par l’annonce ce jour de la suppression de la CED. Rome va directement reprendre la gouverne avec la FSSPX.

    La Maison Générale de Menzingen exulte et semble ( penser ) reprendre le contrôle de ses discussions !!!! Naïf comme la Frat je ne sais pas si ça existe encore….Ce sera plutôt un entérinement ou un enterrement au choix: la Frat sera mangée à la sauce romaine voilà tout: faut y être bête pour imaginer que la Frat va avancer sur les questions doctrinales avec la Rome actuelle qui bouffe du tradis en veux tu en voilà
    non mais franchement; et sur le site la Frat semble heureuse de cette suppression!!!!!!!!!!!!
    “remettre le questions doctrinales au premier plan de la part de Rome” quelle supercherie grosse comme une baraque mais Menzingen est dans sa phase amoureuse on dirait: la passion semble si forte qu’elle ne réfléchit plus au trou béant qu’il l’attend
    triste
    franchement triste
    NB on attend du courage de la part des prêtres du vrai

  3. deogratias says:

    La mission de la CED s’est atteinte avec le ralliement de la Fsspx.

  4. Michmich says:

    Vous êtes complétement déconnectée de la réalité, vous ne connaissez pas la nébuleuse ED, et pourtant vous vous permettez des jugements péremptoirement lapidaire à son égard. Je suis un de ceux que vous taxez de “ralliés”. Être catholique nécessite une doctrine vraie (là pas de désaccord entre nous) et un vrai amour de l’Eglise et de ses dirigeants (c’est là où nous divergeons) . La première des charités étant la vérité, lorsque ses dirigeants fautent (moralement et doctrinalement) cela nous peine, mais ne nous hôte pas notre lucidité d’analyse. Avant de croire que la réalité confirme vos théories, je vous conseillerais de vérifier (sérieusement) de leur justesse.

    • @mich..
      “une doctrine vraie”
      oui sur ce point vous avez raison
      or le Concile V2 a très fortement altéré cette doctrine au point de la rendre plus du tout catholique!
      or qui sont les ralliés?
      Ceux qui acceptent de près ou de loin ce Concile V2 => ils participent de près ou de loin à cette Révolution ( quels ralliès à mis en doute la sainteté de JP2 ? exemple)
      et qui a crée une structure propre à ne pas “manger” à cette Révolution?
      Mgr Lefebvre avec la FSSPX qui avait cette position assez extraordinaire d’être extérieure – non pas à l’Église – mais à cette révolution en permettant de rester intègre à la vraie doctrine: c’est tout son génie comme sa sainteté il faut le dire.
      D’ où la haine qu’il a pu subir de la part des modernistes révolutionnaires qui sont tout sauf catholiques ( et vous avez des tonnes de preuves de cet anti catholicisme tous les jours sans être ni un aigri ni un partisan forcené de l’intégrisme….

  5. E. Gérard ferrari says:

    Le pape François préfère t-il le syncrétisme religieux ou la “religion plurielle” ?

  6. Cadoudal says:

    Dingoglio :

    «Quand je me pose la question plus concrètement – a ajouté le pape – je conclus que c’est une sorte de mode.
    ” Et puisque c’est une mode,
    c’est une chose qui passera, à laquelle il ne faut pas tellement faire attention.”
    ” Mais il faut garder de la patience et
    de la bienveillance envers ceux qui sont tombés dans cette mode.”

    “Cependant je pense qu’il faut aller au fond des choses,
    parce que tant que nous n’irons pas au fond, aucune forme liturgique ne nous sauvera, ni
    l’une, ni l’autre.»