La tragédie de Lampedusa continue de faire parler. La ministre italienne de l’intégration a dans une interview déclarée que les politiques d’immigration devaient être moins punitives. Les  flux migratoires ont changé. Il s’agit davantage de réfugiés de guerres que de migrants économiques. Notons que pour ce cas présent, les réfugiés venaient de Lybie, ce pays où l’OTAN avait intervenu si brillamment pour délivrer les Lybiens du joug de Kadhafi.  Réussi, on dirait ! Les gens fuient le pays. Le Premier ministre italien Enrico Letta a accordé à titre posthume la nationalité italienne aux victimes de ce drame, parlant de honte et demandant à l’Union européenne d’accroître son niveau d’intervention. Le président du Parlement Européen, Martin Schulz, a estimé que l’Allemagne devait accueillir plus de réfugiés : « Les réfugiés doivent être répartis entre les pays de l’Union européenne de façon plus équitable. Cela veut dire également que l’Allemagne doit accueillir plus de réfugiés ». En Belgique, l’eurodéputée Ecolo a aussi estimé que son pays devait accueillir plus de réfugiés. Quant à la France, elle est pour une réunion rapide des pays européen sur ce sujet. L’ONU a déjà pointé du doigt la gestion catastrophique de l’accueil de réfugiés par l’UE. C’est donc aux pays européens d’absorber les réfugiés ! Et si on se posait la question sur l’origine de ses départs ? L’Europe n’est pas un trou sans fond !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :