Dans un premier temps, en 2017, lors de son arrivée au pouvoir, Donald Trump avait décidé de ne plus subventionner les ONG américaines faisant des avortements à l’étranger ou qui les soutenaient. Parenthood International était visé en premier lieu. Il rétablissait ainsi la « politique de Mexico » inaugurée par Reagan et reprise par Bush. Cela représente 9 milliards de dollars d’économie pour le budget des Etats-Unis, sauf bien sûr si ces organismes s’amendaient.

Selon Le Figaro du 26/03/2019 et les médias américains, le président élargit l’arrêt des subventions aux ONG étrangères qui elles-mêmes subventionnent l’avortement directement ou par des sociétés écran. Le département d’État américain refusera de collaborer avec toute organisation non gouvernementale (ONG) étrangère impliquée dans des avortements. C’est le cas par exemple pour l’Organisation des Etats Américains qui fait la promotion de l’avortement en Amérique latine et aux Caraïbes.
Trump est en position de force après la publication du rapport Müeller, reconnaissant après deux ans de « chasse aux sorcières » qu’il n’avait pas été en contact avec la Russie durant son élection. Il s’est même permis de déclarer que les médias étaient « l’ennemi du peuple ». Il a en effet collationné 600.000 articles de journaux qui l’accusaient à tort. Il a donc les mains libres pour contrer la culture de mort.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

29 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :