La disparition du nom Monsento suite au rachat de cette firme américaine que d’aucuns présentent comme le plus gros pollueur agricole mondiale (sur les 19 OGM autorisés par l’Union Européenne le 24 avril 2015, 11 venaient de chez Monsanto…) relance le débat sur les OGM. Il est vrai Que par exemple, les contributions de Monsanto ont été multipliées par 10 entre 2009 et 2012, sans que celles vis-à-vis des partis politiques n’augmentent. C’est le ballot mesure commitee, chargé d’organiser les référendums, qui a bénéficié de la générosité accrue de la multinationale passée désormais sous pavillon allemand.

Au niveau mondial, 185,1 millions d’hectares sont ensemencées en OGM, soit 1,851 million de km², la superficie du Soudan. Le pays le plus accro aux OGM est les Etats-Unis avec 70 millions d’hectares (l’équivalent de la superficie du Texas !), devant le Brésil – 37 millions ha soit un peu plus que la superficie du Mato Grosso do Sul – l’Argentine (34 millions), le Canada (12 millions), l’Inde (11 millions), la Chine (4 millions), le Paraguay (3 millions), l’Afrique du Sud, le Pakistan et l’Uruguay. Notons que plus de 80 % du soja, du coton et du maïs des Etats-Unis est OGM et que les OGM sont à 63 % du soja, 19 % du maïs, 13 % du coton et 5 % du colza. De même, au niveau mondial, 46 % du soja, 7 % du maïs, 20 % du coton et 11 % du colza sont OGM. Bref panorama mondial des lois sur les OGM :

  • Les OMG sont bannis : Bénin, Serbie, Zambie.
  • Les OMG sont tous étiquetés au-delà d’un seuil de 0,9 % : Allemagne, Andorre, Arabie Saoudite, Australie, Autriche, Belarus, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Kazakhstan, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Tchéquie, Turquie.
  • Les OMG sont tous étiquetés au-delà d’un seuil de 1 % : Afrique du Sud, Brésil, Chine, Corée du Sud, Japon, Kenya, Indonésie, Sri Lanka, Ukraine.
  • Etiquetage très partiel des OGM sans politique précise : Bolivie, Cameroun, Equateur, Ethiopie, Inde, Jordanie, Mali, Pérou, Sénégal, Taïwan, Thaïlande, Tunisie, Vietnam.
  • Aucun avertissement sur les OGM : le reste du monde.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :