Sa notoriété avait dépassé les frontières de sa petite Bulgarie. Dobri Dimitri Dobrev s’est éteint au monastère Kremikovtsi le 13 février, à l’âge de 103 ans.

Plus connu sous le surnom de « Grand Père Dobri » (Diado Dobri en bulgare) ou du « Saint de Bailovo », ce mendiant centenaire avait la particularité d’offrir à l’Eglise tous les dons qu’il recevait. Ce qui était prédestiné car son prénom signifie « le bon » (et son nom de famille « au revoir »). Né le 20 juillet 1914 à Bailovo, petit village alors peuplé de 300 habitants à 43 kilomètres à l’est de Sofia, il en est la célébrité locale avec l’écrivain Dimitar Ivanov Stoyanov, plus connu sous son de plume Elin Pelin (1877-1949). Orphelin très jeune (son père Dimitar fut tué lors de la Première Guerre Mondiale), il fut élevé par sa mère Katerina. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, il perdit son ouïe lors de l’un des nombreux bombardements de Sofia par les Anglo-américains. Marié en 1940, il eut 4 enfants dont deux sont encore en vie.

A 86 ans, il décide de céder tous ses biens à l’Eglise orthodoxe bulgare et de mener une vie de mendiant philosophe et d’ascète, vivant à l’église Saints-Cyril-et-Méthode dans son village natal, désormais traversé par la route 6004 (Sofia-Smolsko). Il s’assigna comme mission la restauration du patrimoine religieux bulgare, mis à mal par un demi-siècle de tyrannie communiste. Chaque jour, il faisait de nombreux kilomètres à, pied pour quêter sur le porche de la cathédrale Alexandre-Nevski de Sofia et donnait tous ses gains, soit au total 80.000 lev (40.000 €), notamment 10.000 lev à l’église Saints-Cyril-et-Méthode de son village, 25.000 lev pour le monastère Notre-Dame-de-l’Assomption (« Sveta Bogorodista » en bulgare) de Eleshnishki (32 kilomètres à l’est de Sofia, sur la route 1 Sofia-Calafat(Roumanie)) et pour l’église de Gorno Kamartsi (40 kilomètres à l’est de Sofia, sur la route 1001, qui relie des deux routes européennes E-79 et E-871) et surtout 35.700 lev pour la cathédrale Alexandre-Nevski de Sofia, plus grosse donation jamais faite à cette église. Il finança également des orphelinats, des monastères et des écoles.

Dans ce monde gangréné de matérialisme et d’esprit bourgeois, « Grand-père Dobri » a été un modèle du détachement. Espérons que son attachement à l’Eglise orthoxoe bulgare, schismatique, était le fruit d’une ignorance invincible. Bog da te blagoslovi ! (Dieu te bénisse).

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com