cardinal josephzenThe Guardian, quotidien britannique, rapporte que le cardinal Zen, âgé de 84 ans, ancien évêque de Hong Kong, continue son combat contre un possible accord entre le Vatican et la Chine communiste qui permettait au gouvernement de Pékin de choisir les évêques.

« Vous ne pouvez pas entrer en négociations avec la mentalité « nous voulons signer un accord à tout prix », autrement alors vous vous rendez, vous vous trahissez, vous trahissez Jésus-Christ » a-t-il dit. « Le pape François est peut-être naïf, a-t-il précisé lors d’une visite dans une école Salésienne à Hong Kong , il ne connaît pas les communistes en Chine. Le pape connaît les persécutions des communistes [en Amérique Latine] mais il ne connaît pas les persécuteurs communistes qui ont tué des centaines de milliers de personnes. »

En Chine, à cause de ces persécutions, il existe, parallèlement à une Église officielle schismatique contrôlée à travers l’Association Patriotique Catholique par le gouvernement communiste, une Église catholique souterraine qui serait supérieure en nombre de fidèles à celle officielle. Ses fidèles et son clergé sont persécutés par les autorités. En effet, les catholiques Chinois ont le droit d’aller uniquement aux messes des églises officielles et n’ont pas le droit de faire de l’apostolat. L’État chinois contrôle l’Association Patriotique Catholique et nomme les évêques sans aucune surveillance du Vatican.

D’après le Wall Street Journal, dans ce futur accord,  « Rome est prêtre à reconnaître comme évêques seuls ceux qui ont reçu leur nomination en premier par la conférence épiscopale de l’Association patriotique » ce qui signifie que c’est le gouvernement, et non l’Église, qui les choisira. Selon un journaliste sur place interrogé par The Guardian, Francesco Sisci, qui a interviewé le pape François, ce dernier souhaite cet accord car il croit qu’il sera « une avancée majeure » pour la Chine, le Vatican et les gens de toutes confessions.

« L’Église ne veut pas de croisades… et ne veut pas en commencer une nouvelle avec la Chine » explique-t-il.

Selon lui le pape pense que l’Église, avec cet accord, pourra jouer

« un rôle crucial en aidant la Chine à entrer dans le monde moderne, à devenir une société moderne ».

Mais d’après le cardinal Zen, ces « faux évêques » ne travailleront pas au bien de l’Église mais à sa destruction. Selon lui, de trop nombreux supporters de cet accord ne connaissent pas réellement la Chine communiste et s’imaginent qu’avec cette « fausse liberté » proposée par l’accord, les prêtres pourront plus facilement prêcher et ouvrir plus d’églises mais

« c’est seulement une impression de liberté, ce n’est pas une vraie liberté, le peuple tôt ou tard verra que les évêques sont des marionnettes du gouvernement et pas réellement les pasteurs du troupeau » prophétise-t-il. « Les évêques officiels ne prêchent pas l’Évangile. Ils prêchent l’obéissance aux autorités communistes. »

Le Cardinal Zen voudrait voir le Vatican quitter les négociations :

« Si vous ne pouvez pas obtenir une bonne affaire, un accord acceptable, alors le Vatican devrait se retirer et peut-être essayer de nouveau plus tard. L’Église pourrait-elle négocier avec Hitler? Pourrait-elle négocier avec Staline? Non, dit-il.

Il a rappelé que l’Église officielle est une Église schismatique.

Certains catholiques chinois soutiennent un accord dans l’espoir qu’il facilitera la propagation de la foi, ce à quoi ne croit pas le cardinal Zen. Selon lui, les gains diplomatiques et en nombre de fidèles seront de courte durée. Avec le temps, il pense que le peuple quittera l’Église, désillusionné par la « fausse  » institution, et ajoute-t-il :

« le clergé doit être du côté du peuple, des pauvres et des persécutés, pas du gouvernement. » « Le sang des martyrs est la semence des nouveaux chrétiens », dit-il. « Si ce sang est empoisonné, combien de temps ces nouveaux chrétiens dureront-ils? »

Cet accord souhaité par le pape entre le Vatican et la Chine communiste montre toutes les contradictions de l’actuel successeur de Pierre : à force de chercher l’unité et la paix à tout prix, il dîne avec le diable plutôt qu’avec le Christ !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

8 commentaires

  1. Je pense que pour ceux qui avait encore des doutes sur François, cela n’est plus permis.

  2. « avaient »

  3. MAIS c’est pas possible ?! Il faut arrêter ce pape qui n’en est pas un d’ailleurs!
    Il fait parti du Nouvel Ordre Mondial et pousse le PLUS vite possible leur agenda .

  4. Etienne says:

    Dans la Pampa, il y a des gauchos.
    Celui qu’il nous est arrivé au Vatican est le plus à gauche et plus faux-cul d’entre eux.

  5. DUFIT THIERRY says:

    Trahir le Christ dit le cardinal Zen avec lucidité mais malheureusement on en a l’habitude avec le Vatican « nouvelle orientation » moderniste depuis Vatican II. Ces cinquante dernières années ne sont qu’une longue suite de trahisons de Notre Seigneur à tous les niveaux : Foi, morale, liturgie, relations avec les régimes communistes, francs-maçons etc… Ces multiples trahisons venant des papes conciliaires eux-mêmes.

  6. Champalier says:

    Il y a quatre ans, Monsieur l’Abbé François Xavier Camper me disait à la sortie de la messe du dimanche, que le pire à venir, pour la Fraternité St Pie X, serait d’être reconnu d’office par Rome sans contrepartie et sans même le désirer. C’est ce qui est entrain de se passer pour le Cardinal Zen et ses fidèles. Pour ce qui est de la Fraternité St Pie X, il semblerait que les dernières critiques indignées bien justifiées des supérieurs sur la dernière rencontre de « François » avec les Luthériens Suédois dont la réhabilitation de Luther est le terme de toutes ces rencontres oecuméniques préparatoires, le laisse indifférent. Il semble cependant toujours aussi déterminé à nous reconnaître; le seul obstacle étant le risque d’un schisme avec les évêques modernistes plus traditionnalisants que je qualifierais de droite, tel les Cardinaux Sarah, Burke, Mgr Athanaüsus Schneider, etc..
    La révolution, qu’elle soit politique ou religieuse (mais finalement n’est-elle pas une théocratie de satan?) procède selon deux méthodes. La première qui est la coercition, la persécution jusqu’à la mise mort s’il le faut des réfractaires; on l’a vu avec le génocide Vendéen, les massacres de septembre 1792, le massacre des Christeros, les épurations de l’armée blanche pour en faire l’armée rouge, et toutes les purges communistes. La deuxième, qui est le ton doucereux et patelin d’une réconciliation selon l’esprit du monde en cherchant à exhorter « gentiment » le persécuté qu’il n’a plus intérêt à continuer de résister comme il l’a fait, et en lui donnant la mauvaise conscience que sa résistance n’était qu’ingratitude à l’endroit des bons révolutionnaires qui se sont tant sacrifiés et ont donné avec tant d’abnégation pour obtenir les avantages sociaux et sociétaux que seuls les révolutionnaires voient (c’est un peu le ton du discours d’hier soir de François Hollande annonçant son retrait de la course à l’Elysée).
    Je vois dans ces tentatives de rapprochement faites par Rome une volonté de nous avaler et d’avaler tout ce qui résiste. François est un « révolutionnaire » dans l’âme, et au moins il a l’honnêteté que n’avait pas ses prédécesseurs, de le proclamer sans ambages. Le cardinal Zen, qui pense comme moi que l’occupant du siège apostolique n’est pas le Pape, a très bien vu la tactique du nouveau Vatican avec les autorités communistes chinoises.
    Il faut absolument se retirer de toutes ses discussions qui sont dangereuses et ne peuvent qu’être funestes pour nous. Ces révolutionnaires devenus « gentils » et « humains » sont comme des serpents qui rentrent dans nos maisons la nuit.

  7. Peut importe que Bergoglio reconnaisse ou non la FSSPX,s’il y a quelque choses de bon à prendre autant le faire ,mais surtout AUCUNE concession à la Rome maçonnique !
    L’avantage avec ce pape c’est qu’il ne dissimule plus ce qu’étaient ces récents prédécesseurs,en lui nous découvrons l’aboutissement de la stratégie du cheval de Troie des francs-mac à la tête de l’Eglise depuis plus de cinquante ans.
    Parfois la FSSPX nous fatigue en ressasssant ses griefs à l’encontre de la fausse Eglise moderniste,cependant je conseille fortement la lecture du numéro de décembre de la revue « Le Combat de la foi »,(Le Moulin du Pin.53290 Beaumont-Pied-de-Boeuf.02 43 98 74 63).
    En ce qui concerne ce pauvre cardinal chinois il n’est ni le premier ni le dernier à prendre conscience tardivement de ce que signifie l’oecuménisme de Vatican II,il ne se limite hélas pas à la sphère religieuse.
    Satan serait trop heureux de nous voir apostasier et passer du côté du monde qui est sous sa coupe,même individuellement nous devons conserver la véritable foi catholique et nous confier à Celle qui écrase la tête de cet antique adversaire ,humilié par une femme qui n’est que pureté et humilité lui qui fût prince des anges,une nature parfaite.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com