Le 1er novembre dernier, l’archevêque primat du Mexique a annoncé à la cathédrale de Mexico, pendant son homélie du dimanche que le pape François venait de confirmer sa visite pastorale pour le mois de février 2016.

Cette semaine, des représentants du Vatican, ainsi que des évêques mexicains se réuniront avec les autorités du gouvernement de la république en vue de préparer le voyage de François pendant son séjour au Mexique. Il y a deux mois, nous avions informé que les évêques mexicains s’étaient rendus au Congrès National afin d’exposer l’encyclique Laudato Si aux sénateurs du pays.

Selon les autorités ecclésiastiques, François a l’intention de refaire son « exploit » des États-Unis, c’est-à-dire, il pourrait se rendre au Congrès National du Mexique pour y faire un discours sur l’environnement et le soin de la nature.

Le 09 novembre dernier, dans le site officiel du gouvernement de l’état du Chiapas, situé dans le sud-ouest du pays, le gouverneur, Manuel Velasco, a déclaré qu’il existe « une possibilité que François rende visite aux deux principaux diocèses de l’état ». Cette visite serait favorable à l’administration de ce gouverneur puisque les scandales de corruption, abus de pouvoir, rendements de comptes, assassinats, détournement d’argent public, et un long et cætera, risquent de détruire sa carrière politique. 

Force est de constater que c’est dans le Chiapas que la guérilla marxiste, soutenue par les évêques communistes, a éclaté en 1994. C’est dans le diocèse de San Cristobal de las Casas, un des diocèses que François a l’intention de connaître, que les premiers assassinats ont été perpétrés. Les indigènes, trompés par le marxisme, ont changé le cours de l’histoire dans l’un des plus beaux états du Mexique.

Les évêques Samuel Ruiz et Raul Vera (qui a récemment soutenu l’homosexualité publiquement) ont eu une influence décisive pendant le conflit armé. Ils ont été les responsables de répandre un peu partout la théologie de la libération et les idées marxistes à la population la plus marginée de l’état.

D’ailleurs, il faut souligner que Raul Vera est par ailleurs l’ami très cher de François selon les déclarations des deux personnages.

Quel est donc le message que François veut transmettre aux catholiques mexicains ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :