Avec 202 voix pour, 140 contre et deux abstentions, la chambre basse d’Espagne a définitivement donné le feu vert à la loi qui rendra légale la pratique de l’euthanasie dans le pays. Malgré les doléances de la droite espagnole et de la formation politique de Vox, en effet, la majorité des parlementaires espagnols a autorisé l’euthanasie pour les patients en phase terminale et les personnes souffrant de syndromes sévères et invalidants à la fin de leur vie dépressive. Fondamentalement, l’Espagne deviendra le quatrième pays européen à légaliser la pratique en juin. Au Portugal, l’approbation a été donnée par le parlement mais la loi est actuellement stoppée par sa Cour constitutionnelle.

« À l’heure actuelle, rappelle un article de Inside Over, seuls sept pays ont effectivement légalisé (avec la conditionnalité nécessaire) l’euthanasie active et quatre d’entre eux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg et, depuis juin, Espagne) sont situés en Europe continentale. Un cas distinct est celui marqué par la Suisse, où l’euthanasie n’est pas autorisée mais est remplacée par la possibilité d’une « assistance passive au suicide […].

« Un cas particulier, en revanche, est celui de la France, qui, bien qu’elle n’ait pas de position tranchée vis-à-vis de l’euthanasie dans sa législation (la rendant en fait irréalisable), permet cependant au patient de choisir l’état de « sédation continue » dans l’attente de la mort naturelle. »

Ainsi, tandis que d’un côté, pour lutter contre la covid entraînant le décès de personnes âgées qui de l’aveu même des nombreux médecins seraient décédés dans l’année, les gouvernements imposent des restrictions sanitaires radicales qui mangent sur les libertés fondamentales en prétendant « sauver des vies », de l’autre la mort artificielle, la « douce mort » est légalisée en Espagne, en passe de l’être au Portugal et examinée en France à travers une proposition de loi sur le suicide assisté.

L’hypocrisie de notre temps apostat et covidien explose dans ce « en même temps » pervers dévoilant une volonté orgueilleuse de l’homme post-moderne qui, se prenant pour Dieu, s’essaye à commander la mort.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :