L’action violente menée hier soir à l’église Saint-Pierre-des-Chartreux par plusieurs associations du lobby homosexuel et de l’extrême gauche, dont Act-Up, relève d’une profanation.

La pastorale étudiante de Toulouse dénonce dans un communiqué publié ce mardi, l’action jugée « violente » menée contre une réunion de jeunes catholiques à l’église Saint-Pierre-des-Chartreux.

La Pastorale organisait un débat perturbé par un groupe de nervis qui ont notamment jeté du faux sang sur le sol devant l’église.

Act-Up Sud-Ouest et plusieurs autres associations ou mouvements (Alternative Libertaire, OCML-Voie prolétarienne, l’Union Antifasciste Toulousaine et les Panthères Enragées) avaient annoncé cette action dans l’après-midi de lundi dénonçant la présence au sein de la pastorale étudiante de Toulouse « de la droite réactionnaire, des l’extrême-droite toulousaine, et depuis plusieurs mois, de La Manif Pour Tous. »

Rappelons que c’est Emmanuelle Cosse, ex-présidente de cette organisation extrémiste Act-Up, qui est pressentie pour devenir secrétaire nationale des écologistes lors du congrès d’EELV prévu en novembre à Caen. C’est en tout cas le souhait de Pascal Durand, secrétaire national sortant.

Cela en dit long sur le renforcement de l’antichristianisme dans le paysage politique.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :