Le ministre de l’Intérieur a été auditionné aujourd’hui lundi 23 juillet par la commission parlementaire au sujet de l’affaire Benalla. « Je condamne avec la plus grande fermeté les actes de Monsieur Benalla, que ce soit pendant ou après le 1er mai, a commencé le ministre de l’Intérieur. Ils sont en tous points contraires à mes valeurs et à ce que je souhaite impulser au sein de mon ministère depuis ma prise de fonction : un ordre républicain fondé sur un respect absolu de la déontologie ».

Collomb a rappelé que « le 1er mai s’annonçait lui-même difficile et les opérations de maintien de l’ordre délicates. Si les mots d’ordre des syndicats portaient sur des sujets revendicatifs, il était clair que pour un certain nombre de groupes, il s’agissait de casser, d’agresser des policiers dans un appel assumé à saper tout cadre légal. (…) Et effectivement, ce 1er mai allait être d’une violence extrême ».

Il a également expliqué que « certaines personnes peuvent être autorisées à assister aux opérations de maintien de l’ordre en qualité d’observateurs. C’est le cas d’un certain nombre de parlementaires, de magistrats, de journalistes ou de chercheurs » bien que cela ne justifie pas, souligne-t-il, pour autant les violences auxquelles s’est livré monsieur Benalla.

Mais c’est sur le silence du ministère de l’Intérieur que la commission parlementaire attend des explications convaincantes. Pour justifier son inaction, Gérard Collomb soutient n’avoir été informé que le 2 mai dans l’après-midi de la vidéo impliquant Alexandre Benalla : « Ce n’est qu’en rentrant, début d’après-midi, que lors d’un de nos points de situation quotidiens, mon directeur de cabinet et mon chef de cabinet m’informent de l’existence d’une vidéo montrant des faits de violence sur la place de la Contrescarpe, de l’implication de Monsieur Benalla dans ces faits et de la qualité de celui-ci. » Et que l’Élysée ayant été mis au courant, il ne s’occupe pas du dossier :

« Ils (son directeur et son chef de cabinet, ndlr) m’indiquent s’être déjà entretenus et avoir informé le préfet de police et avoir porté cette information à la connaissance du cabinet du président de la République – ce qui est une démarche appropriée puisque c’est à l’autorité hiérarchique de prendre toutes les mesures qui s’imposent sur le plan administratif comme sur le plan judiciaire.

Plus tard dans la soirée, mon directeur est prévenu que le cabinet de la présidence considère bien l’action de Monsieur Benalla comme inacceptable et qu’une sanction va être prise. Monsieur Benalla ne faisant pas partie des effectifs placés sous mon autorité, le cabinet du président de la République et la préfecture de police disposant de toutes les informations nécessaires pour agir, j’ai considéré que les faits signalés étaient pris en compte au niveau adapté et donc je ne me suis plus occupé de ce sujet ».

Par ailleurs il assure n’avoir évoqué le cas Benalla avec le président de la République que le 18 juillet :

« Je n’ai jamais évoqué le cas d’Alexandre Benalla (avec le président de la République) avant le 18 juillet. »

En résumé Gérard Collomb rend l’Élysée et la préfecture de police responsable du laxisme et de l’indulgence anormale dont a bénéficié ce proche d’Emmanuel Macron. Avec l’affaire Benalla, véritable scandale politique, les temps s’annoncent durs pour le président de la République…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. LANKOUDU says:

    DESTITUTION de l’ensemble des impliqués dans ce “benalagate” ART 41-1 livre 4 du code civil (haute trahison et intelligence avec un pays étranger ) et sentence du Peuple comme à la Révolution !

  2. anne collay says:

    J’aimerais avoir l’avis du très intelligent Boris Le Lay à ce sujet. C’est en général lui qui pose l’analyse la plus complète…

  3. Erlkönig says:

    On renifle une drôle d’odeur de poudre ces temps-ci aux abords la bonbonnière élyséenne. Prudence pour les amateurs de cigarette ou de pipe !

  4. Daniel Daflon says:

    Arretez de l’appeler benalla. C’est une fausse identité décernée par l’Elysée. Ce rastaquouère basané, petit nervi de banlieu s’appelle en réalité Lahcène Benahlia, surnommé Banania par ses potes.
    Ce n’est pas tant à lui qu’à son patron, que nous devons adresser nos coups. Lui n’est qu’un petit voyou de banlieu engagé et grassement payé par macron, avec notre argent bien sûr, pour s’occuper de toutes les basses oeuvres du “president irreprochable”. C’est juste que son ascension ultra rapide lui est montée à la tête, et qu’il s’est pris à rêver à Alexandre, conquérant du monde. Évidemment une telle chute sans parachute, ça fait mal.

  5. FRANCOIS MOUFLIN says:

    blabla bla blaa blaaaa blabla balaaaaa blaaaaaaa blablablablab balaaa ha ha blaaa blabla blaaa … CES CONNARDS , DE TOUTES FAÇONS NE SONT MEME PAS FOUTU DE PARLER SANS AVOIR A LIRE UN TORCHON. FAUT ETRE CON, tout de même quand même. Non mais 100 blagues. ET SE SONT ENCORE LES CON-TRIBUABLES QUI PAIENT LES FACTURES DE TOUS CES BRANLEURS, POUR BOIRE, BOUFFER, BAVER ET SURTOUT, SE BRANLER SUR UNE AFFAIRE QUI DEVRAIT ETRE RÉGLER EN UN COUP DE CUILLÈRE A POT. FRANCHEMENT ET SANS AUCUN DOUTE, NOUS VOILA VRAIMENT DANS UNE FRANCE QUI EST ARRIVÉE A SON EFFIGIE DE BOUSEUX AVEUGLES, DÉBILES
    TANT DE REMU-MENAGE POUR UNE GROSSE MERDE QUI MÉRITE LA CHAISE ELECTRIQUE. UNE BOULETTE ENTRE LES DEUX YEUX, A LUI ET A CETTE SALOPE PÉDALIERE QUI L’A EMBAUCHER ET QUI SUCE DERRIERE RIDEAU A 15.000 EUROS PAR MOIS POUR LES PASSE-DROITS AUX FRAIS DES PAUVRES CON-TRIBUABLES. C’EST CHER POUR UNE DEMIE CUILLÈRE A CAFEE DE SPERME ET UNE CLAQUE SUR LE CUL …….AFFAIRE CLOSE . AUUUUUUU SUIVANT

    • « un ordre républicain fondé sur un respect absolu de la déontologie » ; c’est de la langue de bois :
      τὸ δέον ‘ce qu’il faut’
      déontologie : mot moderne assommeur, ‘la science de ce qu’il faut’
      L’argument :
      Les républicains sont en ordre.
      Leur ordre est fondé sur un respect absolu de la science de ce qu’il faut.
      Les autres sont irrespectueux de cette science qu’ils n’arrivent pas à maîtriser.
      Ils n’arrivent pas à la maîtriser parce qu’ils en sont congénitalement incapables, n’étant pas des républicains ;
      C. Q. E. D.