La nouvelle paraît à peine perceptible. Pourtant elle est terriblement significative de l’évolution de plus en plus évidente vers la marchandisation du corps maternel. Facebook et Apple ont décidé de payer la congélation des ovules pour leurs employées. De quoi s’agit-il ? Depuis longtemps il est possible de congeler dans de l’azote liquide les ovules et les embryons. Il existe d’ailleurs une autre technique qui est celle de la vitrification moins connue.

Le principe est le suivant. Madame (ou mademoiselle) a une bonne place chez Apple avec un profil de carrière attrayant. Mais elle voudrait bien avoir un enfant. Entre les deux mon cœur balance. Que faire ? Apple leur propose de se faire prélever des ovules qui seront stockés et implantés quand l’intéressée se décidera. C’est l’entreprise qui payera les frais. Avantage, à quarante ans, Madame bénéficiera de ses propres ovules prélevés à 25 ans. Que penser de tout cela ? En réalité il s’agit d’une annonce de propagande qui est irréaliste pour le moins dans notre pays. Elle est aussi tout autant immorale et antinaturelle.

Irréaliste. Notons d’abord que de tels stockages sont déjà effectués depuis belle-lurette. Cela s’adresse en priorité à des personnes devant reporter une grossesse pour des raisons médicales alors que la fécondation est compromise. Le cas le plus fréquent est celui de femmes devant subir un traitement anticancéreux qui leur détruira les ovaires. Par prudence leurs ovules sont récupérés auparavant pour être utilisés après guérison éventuelle. Certes, le cas proposé par Apple and Co n’est pas explicitement prévu dans la loi française ; laquelle a d’ailleurs été transgressée largement par ce qui se nomme l’acharnement procréatif multipliant les fécondations in vitro « hors nomenclature » des actes médicaux.

Par ailleurs le désir d’enfant est souvent compulsif et n’a que faire des situations professionnelles. En outre, la législation française est telle que les femmes enceintes ne perdent ni leur salaire ni leur place pour cause de grossesse.

En définitive, pour se décider à entamer un processus long et douloureux afin de différer une grossesse, les futures mères ne se bousculeront pas au portillon. Stimulation ovarienne, suivi échographique de la maturation ovulaire, intervention chirurgicale de prélèvement de l’ovule. Un vrai parcours du combattant au résultat incertain.

Antinaturelle. Est-ce qu’une femme raisonnable va suivre un tel parcours alors que la nature a depuis toujours assuré la reproduction humaine ? D’autant que l’ovule stocké devra faire l’objet d’une fécondation in vitro dont les résultats sont plus qu’aléatoires. Rappelons que les équipes les plus performantes arrivent à un succès de 23 %. Mieux vaut tenir que courir… De plus, ces manipulations font de la grossesse qui est naturelle, une maladie ; ce que soulignent avec raison certaines féministes.

Enfin, reporter l’âge de la grossesse aboutit inévitablement à une limitation pratique des possibilités de procréer dans le temps. Le tout pérennisant et aggravant une crise démographique mettant un peu plus en danger tout le système de retraites.

Immorale. Bien sûr ces manipulations de la fécondation et de la vie elle-même ne sont guère admissibles, allant contre la loi naturelle. Prenons le cas d’une femme tuée lors d’un accident de la circulation. Ses ovules resteront stockés puis détruits ; ou bien serviront par exemple à la procréation médicalement assistée au profit de couples homosexuels. Ce qui bien sûr brise littéralement la filiation. Nous entrons de plein pied dans le Meilleur des mondes de Huxley dans lequel les fécondations se font en fonction des impératifs économiques de la société et la notion de famille est honnie. Apple and Co estiment certainement qu’un tel processus évite de payer les crèches aux tout petits.

Finalement il faut poser une simple question. Au nom de quoi des entreprises se permettent-elles de se mêler de la vie privée des gens ? Tout simplement au nom de leurs propres profits financiers.

De telles mesures nous mènent directement à la procréation médicalement assistée (PMA) et à terme à la grossesse par mère porteuse (GPA).

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

11.5 % 35 350 € manquants

4650 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021

 

MPI subit des attaques sans précédents, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :