Le culot ! En politique, c’est à cela qu’on reconnait un “professionnel”. François Bayrou, vieux routier de la politique politicienne, affiche ces jours-ci une fameuse dose de culot…

François Bayrou, devenu ministre de la Justice et porteur d’un projet de “moralisation de la vie publique“, entend bien se dissocier du François Bayrou, chef du MoDem, dont des élus sont au centre d’une enquête préliminaire pour une affaire d’emplois fictifs, qui lui-même tient à se distinguer du François Bayrou, “simple citoyen”, qui a téléphoné à l’un des directeurs de Radio France pour tenter de mettre un terme à une enquête d’un journaliste sur les finances du MoDem.

Non, ce n’est pas schizophrénique, c’est simplement ce fameux culot indispensable à tout politicien professionnel voulant naviguer en marécage républicain.

Selon Mediapart, c’est le mercredi 7 juin que François Bayrou aurait utilisé un ton menaçant lors d’un appel au directeur de la cellule d’investigation de Radio France, Jacques Monin.

Mediapart rapporte l’entretien :

“J’entends ‘Bonjour, François Bayrou à l’appareil’. ‘Des gens de chez vous sont en train de téléphoner à des salariés du MoDem, de les harceler de manière inquisitrice, et de jeter le soupçon sur leur probité. C’est inacceptable. Avec mes avocats, nous sommes en train d’étudier d’éventuelles plaintes pour harcèlement’”.

Le journaliste réplique qu’un tel appel pourrait être considéré comme “une pression malvenue”.

Jacques Monin évoque “une première phase qui pouvait s’apparenter à une forme d’intimidation, et une seconde phase différente, après [sa] réponse assez ferme”.

De son côté, François Bayrou confirme l’appel téléphonique, mais le réinterprète :

“C’est simple, j’ai appelé le responsable de la cellule investigation de Radio France parce que des journalistes appelaient sur leur téléphone personnel des salariés de notre mouvement qui n’avaient aucun lien avec nos députés européens, explique-t-il. Une des salariés est venue dans mon bureau en pleurant […] J’ai seulement dit au responsable […] que ces salariés vivaient cela comme du harcèlement”.

“Ce n’est pas une menace, ni de l’intimidation. J’ai seulement dit que je trouvais cela choquant”.

“Ce n’est pas le ministre de la Justice ni le président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen.”

Mais il apparaît que le “citoyen” François Bayrou avait déjà appelé Radio France la veille, mardi 6 juin, pour connaître l’identité des journalistes chargés de l’enquête sur le MoDem.

Plusieurs voix commencent à converger pour demander la démission de François Bayrou. Le ministre de la Justice, pas le citoyen.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :