L’apostasie de la France, fille aînée de l’Eglise, se vérifie avec l’habituelle offensive laïciste à l’encontre des crèches de Noël. Saisi par le sempiternel Observatoire de la Laïcité, le tribunal administratif de Marseille a estimé que la bénédiction par un prêtre de crèches de Noël dans les mairies serait contraire à la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’État.
En conséquence, les crèches de Noël installées dans les mairies marseillaises de Lisette Narducci (DVG) et Stéphane Ravier (RN) sont jugées illégales.

Ces crèches des 2e, 3e, 13e et 14e arrondissement avaient reçu une bénédiction d’un prêtre le jour de leur inauguration. Pour le tribunal, « le maire d’arrondissement, en faisant procéder à une telle bénédiction avait entendu inscrire la crèche et son inauguration dans une tradition religieuse ».

Le tribunal administratif de Marseille s’est ainsi prononcé au cas par cas plutôt que de prendre une décision globale.

Et donc les crèches installées dans les mairies de Carry-le-Rouet, Berre l’Etang, Salon-de-Provence et Châteauneuf-les-Martigues ont été considérées comme conformes à la loi sur la laïcité. En effet, leur installation s’est faite dans « un contexte festif lié aux fêtes de fin d’année, d’animation » et donc dénué de connotation religieuse.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :