« La mission de la papauté n’est pas celle d’être révolutionnaire » a déclaré Raymond Burke, le cardinal américain conservateur, à l’occasion de son dernier entretien avec le journaliste Patrick Coffin.

La fonction première de la papauté a souligné le prélat est celle « de sauvegarder la doctrine de la foi et la discipline de l’Eglise », d’être « le principe » et le « fondement de l’unité dans l’Église ». Pour le cardinal l’utilisation du terme « révolutionnaire », souvent attribué pour qualifier le pontificat de François, n’aurait « rien à faire avec la papauté ».

Raymond Burke a également été très sévère par rapport à l’Instrumentum laboris du Synode pour l’Amazonie qui se tiendra en octobre prochain au Vatican. Interrogé sur la possibilité que l’Instrumentum laboris devienne part de la doctrine catholique, il a déclaré durement :

« Cela ne peut être. Ce document est une apostasie. Ce qu’il y a d’écrit ne pourra pas devenir l’enseignement de l’Église , et si Dieu veut, toute cette histoire va s’arrêter. »

Ce document de travail a-t-il expliqué n’est pas une hérésie mais une apostasie :

« L’hérésie est la négation volontaire et en connaissance de cause d’une vérité de foi. Tandis que l’apostasie est un complet abandon de la foi, un éloignement du Christ et de nombreuses vérités de foi. »

Si les paroles du cardinal Burke reflète l’intensité de la crise de foi contemporaine, il est malheureux qu’il ne la relie qu’au pontificat de François comme si ce dernier en était l’unique responsable. Depuis Vatican II, la papauté conciliaire, qui a œuvré à la mise en pratique des décrets modernistes et révolutionnaires de ce funeste Concile ne sauvegarde plus la doctrine de la foi et la discipline de l’Eglise et ne constitue plus « le principe » et le « fondement de l’unité dans l’Église ». Le pape François ne fait qu’hériter et mettre en pratique de manière visible la révolution conciliaire lancée sous Paul VI.

On ne le dira jamais assez, à la suite de Mgr Lefebvre : seule une remise en cause courageuse de Vatican II sera réellement un remède à l’apostasie post-moderne.

Francesca de Villasmundo


Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

2 commentaires

  1. Bardamu says:

    L’église conciliaire a, comme l’anglicanisme, sa Haute Église (High Church). Attrape nigauds (et Dieu sait s’ils sont nombreux ! )

  2. Cadoudal says:

    Cardinal Burke : « la papauté ne peut être révolutionnaire »

    mais la Révolution s’ est emparé de l’ Eglise .

    et les papes ( intrus) de Vatican II-Assise organisent la subversion.

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.