Comme vous le savez, le Conseil d’Etat a rejeté les demandes des référés de Civitas et des vingt autres dépositaires (évêques, congrégations, monastères, associations, particuliers) de pouvoir au plus vite célébrer la Messe en présence des fidèles malgré l’état d’urgence sanitaire.
Par ailleurs, l’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 16 février 2021. CIVITAS n’a pas l’intention d’admettre cette situation. La Messe est essentielle à tout catholique. L’assistance dominicale à la Messe est un devoir devant Dieu. La sainte hostie ne s’avale pas de façon virtuelle.

Dimanche dernier, de Nantes à Versailles, des catholiques ont montré l’exemple en priant devant des églises. Pour dimanche prochain, 15 novembre, plus de quarante lieux de rassemblements de catholiques ont été déclarés en préfecture. (voir ici une cartographie complète )

Or, ce matin, à la télévision, le ministre de l’Intérieur Darmanin a publiquement menacé les catholiques de leur envoyer policiers et gendarmes pour les verbaliser s’ils se rassemblent ce dimanche. Le motif ? Toujours le prétexte sanitaire.

Pourtant, les organisateurs – très variés – de ces rassemblements ont assuré qu’ils feraient respecter les fameux gestes barrières.

En vérité, le ministre de l’Intérieur a menti à la télévision. Le Covid-19 a bon dos. Nous avons en notre possession différents courriers de préfets qui expliquent que les rassemblements seront interdits s’il y a Messe ou simplement prière, mais seront autorisés s’ils sont simplement revendicatifs.

C’est donc le sacré qui dérange les autorités de la république. C’est l’anticatholicisme qui guide bel et bien ce gouvernement dont les préfets sont exécutants. Leur message : il est permis de se rassembler en chantant l’Internationale mais pas en chantant le Je vous salue Marie.

C’est d’autant plus manifeste que depuis des mois, des manifestations non autorisées ont pourtant été tolérées sans qu’elles ne respectent le moins du monde les gestes barrières. Citons quelques exemples : la manifestation des Traoré à Paris le 2 juin 2020, la manifestation des Algériens à Paris le 4 octobre 2020, la manifestation des sans-papiers à Paris le 17 octobre 2020,…

Dans son jugement du 7 novembre 2020, le Conseil d’Etat demandait au Gouvernement de consulter les autorités religieuses. Si on observe que les rassemblements de catholiques pour la Messe ont été encouragés publiquement par Mgr Aillet sur son compte Twitter, on peut déduire de l’attitude du Gouvernement ce vendredi 13 novembre que celui-ci n’a pas l’intention de suivre la recommandation du Conseil d’Etat.

Emmanuel Macron avait déjà déclaré la guerre scolaire en annonçant son intention de mettre fin à l’école à la maison et de rendre plus difficile la vie des écoles hors contrat. Son gouvernement, par l’intermédiaire du ministre de l’Intérieur, a maintenant choisi de déclarer ouvertement la guerre aux catholiques.

CIVITAS appelle donc ses sections, membres, sympathisants et tous les catholiques de France à participer en nombre dimanche prochain 15 novembre, aux différents rassemblements sur l’espace public devant une cathédrale, une église, une chapelle, pour réclamer que la Messe nous soit rendue.

CIVITAS recommande tout particulièrement la participation aux rassemblements de
. Vichy (parvis de l’église Saint-Louis à 16h),
. Bergerac (sur le parvis de l’église Notre-Dame à 10h30)
. et Clermont-Ferrand (place de la Victoire à 10h).
En présence de prêtres. Venez les soutenir et défendre votre Foi.

En avant pour le Christ-Roi !

Alain Escada,
président de Civitas
(post-scriptum : la Fraternité Saint Pie X a déposé des référés libertés pour que les Messes en plein air prévues puissent être célébrées)

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

20 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :