Excellent article de notre confrère Richard HANLET, de Boulevard Voltaire, qui explique clairement la volonté de la quasi totalité des médias Mainstream de nier l’évidence. Pour éviter un procès “pour incitation à la haine”, nous n’en dirons pas plus : nous laissons nos lecteurs apprécier la réalité de la “vérité officielle”…

Il y a près d’un siècle, les enfants de Landru étaient autorisés à prendre comme patronyme le nom de jeune fille de leur mère, et on les comprend… Mais une même pudeur anime également nos médias autorisés lorsqu’il s’agit de dissimuler l’origine subméditerranéenne de délinquants grands et petits, et ce n’est pas nouveau.

En 2012, par exemple, Le Monde maquillait du prénom de « Vladimir » le Tchétchène sunnite tueur d’un collégien de 13 ans, à Rennes, subtile manière de faire d’une pierre deux coups (avant de se rétracter et d’adopter la simple lettre S pour nommer le criminel). Heureusement, le journal n’avait pas encore lancé ses sourcilleux « Décodeurs » !

Tout récemment, le 24 février 2021, une journaliste du Télégramme évoquait dix individus jugés pour trafic de drogue à Quimper. Elle appelait ces “jeunes” venus de région parisienne “Kevin, Amélie, Alain, Antoine, Henri, Héloïse, Mathieu, Eric…” précisant que les prénoms avaient été changés. Le 29 mars suivant, jour du jugement, les prénoms sont devenus Ali, Mohammed, Anissa, Assane, Elhad…

C’est un chroniqueur de Libération, Jean Quatremer, qui révéla ces bidonnages, le 15 janvier 2016, sur un plateau d’Arte : « Moi, je me rappelle, un article, un truc absolument extraordinaire sur une affaire de tournante en banlieue parisienne, et tous les noms avaient été changés, ce qu’on fait régulièrement […] et c’était tous des Alain, des Frédéric, des Marcel, des Maurice, sauf qu’en réalité, c’était tous des Mohamed, des Hamed… ». Si c’est Libé qui le dit !

En revanche, de Valentin Marcone, le mini-Rambo des Cévennes qui vient de se rendre, on saura presque tout, probable privilège de « Caucasien ».

Et on peut faire plus encore quand vous tombe sous la dent un coupable dont les ancêtres ont fait les croisades : avec un Xavier Dupont de Ligonnès, on peut feuilletonner depuis sa première couche-culotte. Il a même sa fiche Wikipédia !

Ouf, on respire, il y a aussi des assassins bien de chez nous…

Mais à ce jour, moins de 30 % des Français font encore confiance aux médias[1].

[1] Baromètre La Croix-Kantar, cité par Nicolas Vidal dans Médias, le grand errement, page 11.

Source : Boulevard Voltaire du 20 mai 2021

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :