Do_W5z-oxac

Pour comprendre la situation qui mène à ces désertions de masse des jeunes ukrainiens vers la Russie, il faut faire un rapide point des opérations militaires de ces derniers jours.

L’armée de Kiev connaît des revers dans le « chaudron » (ou la poche) de Debaltsevo. En rose sur les cartes la Novorossiya libre et en blanc le chaudron de Debaltsevo où sont coincées les troupes de Kiev.

 A - 2 Détail1A - map 1 Gene

Des combats très violents s’y déroulent, avec l’emploi de chars et de l’artillerie et les pertes des forces de Kiev ont été lourdes. L’artillerie de Kiev a tiré sur des cibles civiles à Donetsk provoquant plusieurs morts, mais ne semble pas en mesure d’affronter efficacement les forces des insurgés. Ces derniers tentent de fermer la poche à deux endroits. Mais, les combats se concentrent autour de Gorlovka .

On est en présence de combats de rue à rue, où la détermination des insurgés leur permet de prendre le dessus. De fait, il semble que depuis dimanche soir ils tiennent sous leurs feux la route reliant la poche et le gros des forces ukrainiennes, empêchant par là même l’arrivée de renforts.

Désertions de Masse vers la Russie

Cette bataille a provoqué de fortes tensions politiques dans les forces de Kiev. La « mobilisation générale » décrétée par le pouvoir de Kiev n’a, selon les dires de son propre ministre de la défense, eu qu’un effet très limité, seuls 20% des jeunes requis se sont présentés. Le mouvement de protestation contre la conscription s’amplifie (comme à Kramatorsk et à Odessa) en Ukraine et en 3 jours près de 7500 jeunes ont fui en Russie pour échapper à la conscription. Pour donner un ordre de grandeur, c’est comme si 45000 jeunes américains avaient fui au Canada en trois jours lors de la Guerre du Vietnam. Face à ces échecs, tant militaires que politiques, le gouvernement de Kiev ne songe qu’à une nouvelle escalade et demande des armes à l’OTAN. C’est une logique insensée, hélas appuyée par l’OTAN, et qui risque de conduire, par petit pas, à une guerre généralisée. On peut être effectivement inquiet car les négociations de la fin de la semaine dernière à Minsk ont échouées.  (Source: J. Sapir)

A propos des désertions, voir vidéo ci-dessous:  

Évacuation de la population civile de la poche de Debaltsevo

Les troupes novorusses ont organisé un couloir pour évacuer les populations civiles de Debalsevo, ainsi que nous le voyons sur la photo d’en-tête de cet article. Les évacués témoignent de la cruauté des mauvais traitements exercés contre eux par les milices semi-privées. 

Cette situation militaire avantageuse place la Novorossiya en position de force en cas de négociations face au gouvernement de Porochenko et de Iartseniouk. C’est pourquoi Zarkharchenko, le chef politique et militaire de Donetsk en accord avec les autorités de Lougansk a décidé de ne plus accorder de trêve à l’ennemi de Kiev avant un accord concret. A chaque trêve la junte de Kiev n’a fait que reconstituer de nouvelles forces et se procurer de nouvelles armes pour bombarder les civiles tout en reprenant une partie du terrain qu’elle avait perdu sur la Nouvelle Russie.

Voici ci-dessous des photos qui témoignent de la cruauté des “forces punitives de Kiev” (ainsi dénommées dans le Donbass), contre les populations russophones du Donbass. Ce nettoyage des russophones ressemble à s’y méprendre à une tentative de liquidation de la population. C’est en tout cas ainsi que les habitants témoignent ressentir l’acharnement du pouvoir de Kiev contre eux.

(Source des photos)

26 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Cette page contient des photos qui peuvent choquer.

Conformément aux articles 227-24 et 225-17 du code pénal vous devez certifier être majeur pour visualiser cette page.

Je ne suis pas majeur

Powered by WordPress Popup

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :