L’Europe bien pensante serait probablement bien surprise de savoir comment on traite les immigrés sur le continent africain.

Citons la Gambie, par exemple, où deux anciens membres de la garde présidentielle de l’ex-président Yahya Jammeh ont avoués avoir tout simplement éxécuté une trentaine d’immigrés du Ghana. Les détails ont été dévoilés lors d’une audition publique devant la Commission vérité et réconciliation (TRRC).

Les faits évoqués datent de juillet 2005. Des immigrés clandestins clandestins (44 Ghanéens, ainsi que plusieurs Nigérians, Sénégalais et Togolais) avaient été arrêtés sur une plage de Gambie.

« Yahya Jammeh a ordonné l’exécution de ces ressortissants étrangers », a déclaré devant la TRRC Omar Jallow, ex-membre des « junglers », une unité officieuse de soldats choisis au sein de la garde nationale.

30 Ghanéens ont été emmenés dans le village du président, Kanilai, avant d’être exécutés de l’autre côté de la frontière sénégalaise.

Les autres immigrés vlandestins ont également été tués, à l’exception d’un unique survivant ghanéen, Martin Kyere, qui avait réussi à sauter du véhicule en marche.

Malick Jatta, autre ancien membre de la garde présidentielle, a également avoué mardi avoir tué l’un des ommigrés ghanéens, mais assuré avoir épargné un fuyard.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :